Brocéliande ne veut plus des déchets

Jérôme Gicquel

— 

Sur la route de Gaël, en plein cœur de la forêt de Brocéliande, ce sont généralement les trolls et les elfes qui font la curiosité des lieux. Ce vendredi, c'était plutôt les banderoles le long de la route qui attirent l'attention. « Bienvenue à Poubelle Land », « Merlin l'éboueur » peut-on lire sur certaines. A l'appel de l'Association de sauvegarde de Brocéliande, environ 80 habitants et élus se sont rassemblés pour s'opposer au centre d'enfouissement et d'usine de traitement des déchets prévus sur la commune. Le projet n'est pas nouveau, la première demande d'autorisation d'exploitation du centre par le Smictom (syndicat mixte intercommunal de traitement des ordures ménagères) du Centre Ouest datant de fin 2003. Après plusieurs années de combat, la mobilisation des habitants avait pourtant fini par payer. Le 25 mars 2010, le tribunal administratif de Rennes annulait le permis de construire et d'exploitation de ce centre.

« Pollution et cancer »
Le Smictom est depuis revenu à la charge et a obtenu un nouveau permis de construire en novembre 2011. « On n'en peut plus des déchets à Gaël ! On a déjà eu un centre d'enfouissement qui a fonctionné pendant 20 ans. Résultat, on a désormais près de 350 000 tonnes qui sont enfouies sous nos terres », s'indigne Jean Guillouët, conseiller municipal de la commune. Les opposants évoquent notamment « une pollution des eaux due au jus de décomposition des déchets » et « un taux anormalement élevé de cancers » dans les communes environnantes. « Ce site est inadéquat pour ce projet. On se trouve sur une grande réserve d'eau et il y a un risque d'incendie important avec la forêt », poursuit André Besnard, président de l'association de sauvegarde de Brocéliande. « Les autres communes du Smitcom sont bien contentes car le projet n'est pas implanté chez eux. Mais ce n'est pas à nous de gérer les déchets de 65 communes ! » s'emporte un habitant. Le dossier est désormais entre les mains de la préfecture qui précise que « l'instruction est encore en cours ».