Taztag règle la note sans sortir sa carte

Jérôme Gicquel

— 

Mi-janvier à Las Vegas, la société TazTag s'est offert une jolie vitrine au Consumer electronic show (CES), salon mondial de l'électronique grand public. Une reconnaissance pour cette société créée à Bruz en 2008 et qui s'est spécialisée dans les technologies sans contact. Pour cette cuvée 2012 du CES, TazTag a sorti de son escarcelle un nouveau système de paiement intégrant un lecteur biométrique. Grâce à cette technologie, fini les longues minutes à attendre que le client devant vous retrouve sa carte bancaire dans son sac ou le risque, bien réel, d'oublier son code PIN. « Pour payer, le client pose ses doigts sur le lecteur qui va reconnaître ses empreintes digitales », détaille Eric Fouchard, président de TazTag. Si les empreintes correspondent à celles stockées sur la puce, la transaction est validée sans que vous n'ayez eu à sortir la carte de votre poche. « On gagne ainsi en rapidité, en souplesse mais surtout en sécurité. Si votre carte est volée, on ne pourra pas utiliser vos empreintes digitales à la différence du code PIN. »

Des tests en fin d'année
Contrairement à la technologie NFC, qui permet de régler des achats pour un montant de moins de 30 euros à l'aide de son téléphone portable, le nouveau système développé par TazTag ne dispose pas d'un plafond de paiement. Il promet en tout cas un bel avenir à la société bretonne qui a été retenue par la société Natural Security (qui compte parmi ses actionnaires le Crédit Agricole, BNP Paribas, Auchan ou bien encore Leroy Merlin).pour lancer la phase de pré-industrialisation de ce système d'ici cet été. « On peut imaginer que les tests démarreront dans certaines enseignes d'ici à la fin de l'année », espère Eric Fouchard. Le PDG ne compte d'ailleurs pas se limiter au marché hexagonal avec, déjà, des contacts avancés dans « une vingtaine de pays. » Autant d'opportunités qui vont permettre à la société bruzoise de grandir. « On recherche d'ailleurs une dizaine d'ingénieurs hardware et software. » Avis aux intéressés.