La SNCF relaxée neuf ans après

— 

« Aucune faute, même simple, ne peut être reprochée à la SNCF ». C'est par ces mots que le tribunal correctionnel de Rennes a prononcé hier la relaxe de la société de chemin de fer dans l'affaire de la halte ferroviaire de Laillé, au sud de Rennes. Les faits remontent à 2003, quand Sandy, adolescente de 16 ans, meurt percutée par un train en traversant les voies. L'instruction avait alors pointé l'aspect « dangereux » du passage emprunté par la jeune fille. « La sortie est clairement indiquée. Les panneaux sont visibles et lisibles », estime le tribunal. La jeune fille avait préféré traverser sur un « bateau » plutôt qu'au passage à niveau situé plus loin. « Je m'y attendais, mais j'éprouve tout de même une grande déception. Avec un souterrain ou une passerelle, ça ne serait pas arrivé », a réagi le père de Sandy à l'issue de l'audience. « Je vais me battre pour elle et peut-être créer une association d'aide aux victimes. »C. A.