Véolia limite le pic énergétique

— 

Le pacte électrique breton s'étend aux entreprises. Depuis le début de l'année, Véolia Eau expérimente « l'effacement industriel ». Un procédé au nom un peu barbare qui vise à diminuer l'usage de l'électricité lors des pics de consommation, comme lors des périodes de grand froid. « L'industrie représente plus de 25 % de la consommation électrique de Bretagne. Dans une région où la dépendance énergétique est forte, il est important de limiter les pics », estime Bruno Moras, directeur commercial Ouest d'EDF, qui mène le projet. Pour éviter d'aggraver la surchauffe lors des pics (de 7 h à 13 h et de 18 h à 20 h), Véolia a décidé d'arrêter ses usines plusieurs heures. « Nos structures sont énergivores. Mais nous pouvons décaler notre consommation à un autre moment de la journée, sans que cela n'impacte la production », explique Guy Randon, directeur technique chez Véolia.

Deux à quatre heures d'arrêt
L'expérimentation concerne deux stations d'épuration à Cesson et Saint-Malo et deux usines d'eau potable à Rophemel (22) et Muzillac (56). « Nous interrompons le pompage pendant quatre heures et nous puisons dans nos réservoirs », ajoute Guy Randon. Le procédé ne permet cependant pas de réduire la consommation mais pourrait éviter le black-out que toute la région craint. EDF tirera un premier bilan en avril. « Nous espérons pouvoir élargir cette pratique », précise Bruno Moras. L'agroalimentaire et la grande distribution y travaillent.C. A.