Le sol breton hostile aux vignerons

Camille Allain

— 

La région nantaise peut produire du vin, malgré son climat proche de celui de la Bretagne.
La région nantaise peut produire du vin, malgré son climat proche de celui de la Bretagne. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Plus de 250 exposants sont attendus au salon des vignerons indépendants qui ouvre aujourd'hui à Rennes. Mais vous aurez beau arpenter les allées, vous ne trouverez pas un Breton. Et pour cause, la région ne produit pas de vin. Un problème de météo ? Même pas. « Le climat à Nantes est similaire et pourtant, ils ont de bonnes vignes là-bas », souligne David Tuil, sommelier, œnologue et propriétaire de la Cave des Tuileries à Rennes. Le vignoble nantais produit en effet des vins blancs comme le Muscadet et le Gros Plant. La région de Tours est également une excellente terre viticole. Si ce n'est pas la météo, qu'est ce donc alors ? « En Bretagne, la terre est trop riche. Elle contient trop d'oligo-éléments et de sels minéraux en surface », explique David Tuil. Une aubaine pour les maraîchers, un désastre pour les vignerons. « La vigne a besoin d'un sol pauvre afin d'aller puiser les minéraux en profondeur. Si la terre est trop riche en surface, les racines ne grandiront pas », ajoute l'œnologue.

Plus de cidre pour Colbert
Le sol breton donnerait alors un raisin trop sucré, peu adapté à la vinification. Il subsiste pourtant quelques ceps ici et là, exploités par des amateurs. « Il n'y a aucun vin breton commercialisé », affirme David Tuil. Dans le passé pourtant, la région a produit son propre breuvage. « De la piquette qui se conservait mal », d'après un document historique. Les vignes disparaîtront au XVIIe siècle, quand Colbert fit arracher les pieds pour y planter des pommiers, afin de produire du cidre. Pourtant, en 2006, des vignerons amateurs ont relancé des cépages de Chardonnay et de Pinot Gris près de Quimper. En 2009, près de 1 000 bouteilles de vin blanc ont ainsi été produites, mais pas vendues. « Un vin vif et clair à l'acidité modérée », témoignait alors un journaliste du Point. « Il existe peut-être des sols appropriés à la culture du vin en Bretagne », avance David Tuil. Reste à savoir où.