Rennes a-t-elle assez de salles de concerts ?

Camille Allain

— 

Rennes est-elle assez bien dotée pour accueillir des concerts ? La question a été posée vendredi par Jules Frutos, président du Prodiss, syndicat national des entrepreneurs de spectacles privés. L'organisme, qui rassemble 90 % des producteurs français, tenait son assemblée régionale dans la capitale bretonne. « Il y a du travail à faire à Rennes. Quand on a besoin d'une grande salle, on doit aller au Parc Expo. Mais ce n'est pas une salle de concert, ce n'est pas adapté à la musique », a lancé Jules Frutos. Le producteur, qui a fait tourner les plus grands groupes, avance même un argument de taille. « La Bretagne a mis le paquet sur les festivals au détriment des infrastructures. La région est en retard à ce niveau-là ».

« Ce n'est pas d'actualité »
Avec plus de 2 000 représentations payantes et gratuites par an, la Bretagne se classe pourtant sixième région la plus musicale de France. Mais Rennes devra faire avec les salles existantes, à en croire les propos de Sylvie Robert, première vice-présidente de la région et ancienne conseillère municipale à la culture. « Ce n'est pas d'actualité. L'Antipode va déménager à la Courrouze, mais ne sera pas agrandi. Si l'on veut investir dans un tel équipement, il faut qu'il fonctionne correctement afin de le rentabiliser », témoigne l'élue.

Saison hivernale
Un constat partagé par Joëlle Erhel, directrice du Liberté. « Quand un groupe anglo-saxon annonce trois dates en France, on sait qu'il sera difficile de le faire venir à Rennes car on n'a pas de très grande salle », confirme la directrice. Faudrait-il investir pour autant ? « Je ne suis pas sûre », répond la directrice. « En Bretagne, avec tous les festivals, la saison est courte pour les salles de concert. On travaille surtout l'hiver », avance Joëlle Erhel. Rennes peut au moins se vanter de garder ses équipements en centre-ville. « C'est pour cela que nous avons rénové le Liberté. Nous voulions éviter de voir un complexe en périphérie », justifie Sylvie Robert.