RENNES - Nouvelle alerte aux particules

— 

Quelques jours après le premier dépassement, Rennes a encore connu un pic de pollution aux particules en suspension avec 59 microgrammes par m3 enregistrés hier. Une pollution provoquée « par les émissions des véhicules diesel et par le chauffage », explique Frédéric Vénien, président d'Air Breizh. L'organisme chargé de la surveillance de l'air en Bretagne ayant dû abaisser son seuil d'alerte, les dépassements seront plus fréquents cet hiver. L'activité physique des jeunes enfants, des seniors et des asthmatiques est déconseillée.C. A.