Une rentrée en rangs serrés

Camille Allain

— 

L'académie de Rennes gagne des habitants. Mais perd des enseignants. Tel est le constat dressé hier par le recteur Alexandre Steyer, qui s'attend à une rentrée 2012 « pas facile ». « Nous ferons en sorte que ce soit le moins douloureux possible pour l'enseignement ». Revue d'effectifs.

G Premier degré : moins d'élèves. 179 postes disparaîtront en septembre dans les écoles maternelles et primaires publiques de la région. « Selon nos prévisions, nous aurons 500 élèves de moins à la rentrée. Nous suivons l'évolution démographique », précise le recteur. Sur les 179 postes, 31 concernent les professeurs « devant la classe ». « Nous supprimons surtout des postes de vacataires, d'assistants étrangers et de Rased (Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) ». Du fait de son essor démographique, l'Ille-et-Vilaine est relativement épargnée. Le département devrait gagner 530 élèves et bénéficier de 28 postes d'enseignants supplémentaires. Le Finistère et les Côtes-d'Armor sont les plus touchés.

Second degré : plus d'élèves, moins de profs. « Nous avons devoir faire avec 1 800 élèves de plus sans moyen supplémentaire », avoue le recteur. 55 postes seront ainsi supprimés dans l'académie. « Nous prendrons des postes dans l'enseignement professionnel pour aider les collèges confrontés à des hausses d'effectifs », précise Alexandre Steyer. « Par ailleurs, nous avons le nombre d'élèves par classe le plus élevé de France en collège. Mais nous avons aussi les meilleurs résultats ». Pas sûr que les professeurs et parents d'élèves s'en satisfassent. Là aussi, l'Ille-et-Vilaine s'en sort bien. « 24 postes de plus en collège, 11 de plus en lycée », précise Jean-Yves Bessol, inspecteur d'académie.

Filière professionnelle : moins de succès. « 20 % des places sont vacantes dans les formations professionnelles. D'un côté les filières tertiaires sont archi saturées. De l'autre, les filières industrielles sont délaissées. » 45 postes seront supprimés, dont 17 en Ille-et-Vilaine et quelques formations

Enseignement privé : rien d'arrêté. Les chiffres du recteur pour la rentrée 2012 concernent l'enseignement public. « Dans le privé, il y aura des suppressions de postes équivalentes à l'an dernier ». Soit environ 180 postes.