PSA taille dans ses effectifs

Camille Allain

— 

La nouvelle ne devait être annoncée que la semaine prochaine en comité central d'entreprise. Mais l'information a fuité et c'est à la radio ou sur internet que les salariés de PSA la Janais ont appris la suppression de 226 postes sur le site rennais. « C'est une sale surprise. On savait que le secteur recherche et développement était menacé. Mais pas le reste... », témoigne Nadine Cormier, de Force Ouvrière. 79 postes seront supprimés en R&D et 147 à la production. « Cela représente 4 % des effectifs en CDI », ajoute Mickaël Gallais, délégué CGT. A la sortie du quart du matin vers 13 h, les employés ne cachent pas leur colère. « Ce sont toujours les ouvriers qui trinquent ! Ça fait dix ans qu'ils nous sucrent des postes, ça commence à faire beaucoup », s'énerve Patrick.

Quel avenir pour la Janais ?
Le site de la Janais, qui comptait 9 000 salariés en 2008, en emploie 5 600 aujourd'hui. « Sur la chaîne, on trime tous les jours pour tenir une cadence infernale. Et après ça, on nous impose du chômage technique. C'est incompréhensible », regrette Mickaël Gallais. De son côté, la direction confirme les chiffres annoncés, mais refuse de parler de licenciements. « Nous investissons dans les formations pour la requalification des employés. Nous proposons également une aide allant jusqu'à 61 000 € pour les salariés qui souhaitent partir sur d'autres sites qui ont besoin de main d'œuvre, comme Poissy », explique la direction. Souvent touchés par les suppressions de postes, les salariés de la Janais attendent des garanties pour l'avenir. « La production du coupé 407 s'arrête ce mois-ci, et on ne sait toujours pas si elle sera remplacée. On nous annonce une nouvelle plate-forme pour 2014 (lire encadré), mais c'est encore loin. Il va y avoir un trou d'air », confie Mickaël Gallais. « Si nous investissons autant à Rennes, c'est bien que nous avons confiance dans le site de la Janais. Mais on ne peut rien annoncer de plus aujourd'hui, car cela doit rester confidentiel », répond la direction.

Le site de Rennes va se diversifier

Spécialisé dans le haut de gamme (Peugeot 508 et 607, Citroën C5 et C6), le site de la Janais attend une nouvelle plate-forme qui lui permettra de produire des véhicules de la gamme Premium comme la 308 ou la C4. Annoncée fin 2010 par Philippe Varin, PDG de Peugeot-Citroën, la plate-forme sera lancée courant 2012 et devrait être opérationnelle en 2014.