Bousculades en série devant les grilles

Jérôme Gicquel

— 

Peu avant 8 h 30 hier matin, une centaine de personnes font la queue dans le froid devant les grilles de la préfecture Beauregard. La scène n'a rien d'exceptionnel et se reproduit chaque jour dès l'aube. Pour dénoncer « la dégradation du service public », une quarantaine de militants du réseau local de vigilance contre le racisme et la xénophobie d'État se sont rassemblés hier devant la préfecture. « Le service pour les demandeurs d'asile ne fonctionne que dix heures par semaine et celui pour les étrangers 21 heures. Ce n'est pas digne d'un service public de qualité. Sans compter la diminution du nombre de fonctionnaires », s'insurge Xavier, membre du réseau. Résultat, « les gens arrivent de plus en plus tôt pour tenter d'obtenir un ticket qu'ils ne sont même pas sûrs d'avoir avec le nouveau système de quotas qu'ils ont instauré. » « Nous délivrons entre 80 et 100 tickets par jour en plus des personnes qui sont convoquées », rétorque François Hamet, secrétaire général de la préfecture d'Ille-et-Vilaine.

« Fluidifier la file d'attente »
Doctorant congolais d'une trentaine d'années, Faustin connaît bien les files d'attente devant la préfecture. Arrivé dès 5 h du matin sur place pour tenter de régulariser son dossier, il reconnaît que « la situation s'est dégradée » depuis quelques mois. « Il y a souvent des bousculades et des bagarres à cause de personnes qui veulent passer devant », indique-t-il. Un jeune homme qui a souhaité garder l'anonymat confie quant à lui qu'il est « obligé de poser des congés pour faire les démarches. » Pour François Hamet, cet embouteillage à l'entrée provient notamment « de la hausse de la population étrangère dans le département. » Sans compter que « la majorité des personnes qui font la queue viennent pour leur carte grise ou leur permis de conduire. » Des démarches, comme le changement d'adresse, que l'usager pourra bientôt effectuer par Internet, ce qui devrait permettre selon François Hamet « de fluidifier la file d'attente. »