Les bretonnismes font leur retour

Jérôme Gicquel

— 

Véritable phénomène d'édition avec plus de 180 000 exemplaires du premier tome vendus à ce jour, « Les bretonnismes » d'Hervé Lossec sont de retour. Un second tome arrivera vendredi sur les étals des librairies avec déjà de belles promesses en terme de ventes. « L'éditeur Skol Vreizh avait pensé au départ en tirer 50 000 exemplaires. Les réservations sont telles qu'on a déjà dû en commander 40 000 de plus avant sa sortie », se réjouit l'auteur finistérien. Un succès qu'il tente de décrypter à travers les échanges avec ses lecteurs. « Trois remarques reviennent souvent : la fierté et le fait que cela ait permis de décomplexer et déculpabiliser l'usage de la langue. Beaucoup de personnes ont ainsi découvert qu'il y avait une bonne couleur de breton dans leur français. »

L'usage du breton dans la cuisine
Lors d'une visite dans un lycée professionnel, l'auteur entendra même de la bouche d'un professeur que « c'était la première fois que tous ses élèves avaient lu un livre en entier. » Pour le second tome, Hervé Lossec avoue ne pas avoir manqué de matière. « Le premier n'était pas une thèse exhaustive. Il y avait pleins de bretonnismes que je n'avais pas pu intégrer ou que j'avais simplement oublié. » Toujours accompagné du dessinateur Nono, Hervé Lossec s'est ainsi penché sur les termes bretons présents dans les noms de recettes traditionnelles. « Je me suis également ouvert géographiquement avec des termes employés dans d'autres départements que le Finistère. » Une manière de ne pas faire de jaloux et d'élargir encore son public.
« Les bretonnismes... de retour », 10 €, 104 pages.

Bientôt les produits dérivés

Après le livre, les bretonnismes se déclineront bientôt en produits dérivés. Une gamme de t-shirts sera lancée début novembre avec une enseigne de la grande distribution. Des sets de table et des cartes postales seront aussi commercialisés dans les prochains jours.