Les maladies silencieuses se soignent à Pontchaillou

Camille Allain

— 

Surnommées les « maladies silencieuses », les douleurs chroniques sont prises en charge au CHU de Pontchaillou depuis le mois de mai. Officiellement inauguré hier, le centre d'évaluation et de traitement de la douleur (CETD) a quitté l'Hôtel Dieu pour emménager dans les locaux plus grands et se rapprocher du CHU. L'unité traite les malades qui souffrent de maux récurrents « qui durent depuis plus de trois mois », selon la définition du docteur Vesvard, membre de l'unité. « La majorité de nos patients viennent pour des douleurs au dos (lombalgie, sciatique...), ou pour des problèmes à la tête (migraine...), mais aussi pour des douleurs nerveuses ou musculaires », poursuit le médecin.

Le dernier recours
Aiguillés par leur médecin traitant, les malades viennent ici en dernier recours. « Certains ont vu une dizaine de docteurs avant d'arriver chez nous. Il faut d'abord les rassurer en évaluant leur douleur », explique le docteur Rault, responsable du CETD. Les patients sont alors pris en charge par les professionnels qui composent le service: spécialistes en rhumatologie, hypnose, psychologie, ostéopathie... « On travaille ensemble pour mieux soigner les malades. L'approche coordonnée est plus efficace ». Une assistante sociale est également à l'écoute des patients. « La douleur chronique est un poison. Elle vous empêche de travailler et vous isole des autres. C'est primordial d'aider les patients à reprendre une vie normale », conclut le docteur Rault.

Quelques chiffres

En 2011, la dizaine de praticiens que compte le CETD a accueilli plus de 2 000 malades. Financés par l'agence régionale de la santé, les nouveaux locaux investis au mois de mai ont coûté 175 000 €. 5 à 10 consultations sont nécessaires aux patients.