Betton ouvre une supérette pour les plus démunis

Camille Allain

— 

Une supérette d'un nouveau genre a ouvert ses portes vendredi à Betton. Discrètement installée au milieu d'un quartier résidentiel, l'épicerie sociale est un petit supermarché réservé aux plus démunis. Lancé par la municipalité, le dispositif est géré par une quinzaine de bénévoles de l'association l'Epicerie du canal. « Nous avons le même fonctionnement qu'une supérette, sauf que nos bénéficiaires ne paient que 10 % de la facture totale », explique Roselyne Crispils, présidente de l'association.

20 € maximum par semaine
Achetés à la Banque Alimentaire, les produits sont vendus au même prix que dans la grande distribution. « C'est important que les bénéficiaires aient conscience de la valeur des choses. Ici, ils font leurs courses comme ailleurs, sauf que le prix est allégé », poursuit Roselyne Crispils. Tout est d'ailleurs mis en œuvre pour restituer l'ambiance du supermarché. « On a récupéré une balance pour les fruits et légumes. » L'association s'est même procuré une imprimante qui édite des tickets de caisse, « afin que les bénéficiaires puissent faire leurs comptes ». Orientés par le centre communal d'action sociale, les clients doivent limiter leurs dépenses à 20 € par semaine, soit un coût réel de 2 €. Le service ne peut dépasser trois mois, renouvelable si nécessaire. « On n'est pas dans l'assistanat. C'est un coup de pouce temporaire pour ceux qui en ont vraiment besoin.  » Vendredi, 18 familles ont profité de l'ouverture de ce nouveau lieu de vie.

Le sud précurseur

Quelques épiceries sociales existent déjà au sud de Rennes, notamment sur les communes de Chartres-de-Bretagne, Saint-Erblon, Saint-Jacques-de-la-Lande ou Guichen. D'autres projets seraient également en cours dans la métropole.