Né à Rennes, le Minitel fête ses 30 ans

Camille Allain

— 

Il resterait encore deux millions d'utilisateurs du Minitel en France. Un chiffre flatteur qui n'empêchera pas l'opérateur France Télécom de mettre un terme à 30 ans de « 3615 » en juin 2012. Né en 1981, le Minitel a changé bien des choses dans la vie des Français... Mais aussi des Rennais. « En 1972, les services des PTT et de l'ORTF ont fusionné et on a dû déménager de la région parisienne pour s'installer à Rennes », raconte Bernard Marti, l'inventeur du Minitel. Quatre-vingts ingénieurs ont alors pour mission de développer l'usage de la téléphonie en France. Bernard Marti est nommé à la tête d'un laboratoire expérimental. « On devait réfléchir à de nouvelles possibilités pour prendre le relais du téléphone. On mélangeait techniciens de la télé (ORTF) et ingénieurs en télécoms (PTT), alors on a réfléchi à un produit à la frontière entre les deux. » Le Minitel était né.

Génèse d'une technopôle
D'abord expérimenté à Saint-Malo puis en Ille-et-Vilaine, l'ancêtre de l'Internet connaît alors un immense succès, malgré la révolte de journaux comme Ouest-France, qui craignent de perdre des lecteurs. « On a créé le besoin. C'était un no man's land dans ce secteur », se souvient Bernard. Le Minitel a d'ailleurs beaucoup apporté à Rennes. « Après France Télécom, on a vu des entreprises et des écoles d'ingénieurs s'installer ici. C'est comme ça qu'est née la technopôle Rennes Atalante. » Pour rendre hommage au Minitel, des retraités des télécoms de l'association Armorhistel ont monté une exposition. « On a pas mal d'objets d'époque, dont deux Minitel connectés », précise Jean Serre, vice-président. « Aujourd'hui, certains l'utilisent encore pour l'annuaire téléphonique ou la météo. » Et à ceux qui voient le Minitel comme dépassé, les bénévoles répondent qu'il a inspiré les générations futures. « Internet a repris beaucoup du Minitel. A Rennes, on a aussi œuvré pour la TNT ou le MP3 ».