Les policiers patrouilleurs veillent sur les quartiers

Camille Allain

— 

Au revoir la police de proximité, faites place aux patrouilleurs. Lancé depuis le début de semaine à Rennes, le nouveau dispositif de police vise à améliorer la surveillance des quartiers. Alors que la police de proximité était répartie sur les trois commissariats de quartier (Villejean, Maurepas et Le Blosne), l'unité de patrouilleurs sera regroupée là où les locaux étaient les plus grands, à Maurepas. « Nous n'avons fait que redéployer les forces pour qu'elles soient plus efficaces », explique le préfet Michel Cadot, venu saluer les 25 hommes et femmes du service patrouille.

Les effectifs restent constants
Si les effectifs demeurent inchangés, le préfet espère mieux les utiliser. « Nous avons allongé les heures de présence jusqu'à 21 h 30 (au lieu de 17 h auparavant), et nous interviendrons là où des problèmes sont signalés. » Les commissariats restent ouverts mais seulement pour recueillir les plaintes et les mains courantes. « Nous analyserons les rapports pour savoir où sont commis les faits de violence », justifie le préfet. Très critiques à l'annonce de cette réforme il y a quelques mois, les élus de la majorité rennaise restent perplexes. « On perd la proximité avec la population et l'aspect prévention. De plus les distances pour intervenir seront plus longues. J'attends de voir », témoigne Yves Préault, élu socialiste du quartier de Maurepas. « Cette équipe unique permettra de mieux organiser les tournées », lui répond Jacques Méric, directeur de la sécurité publique. Premier bilan dans 3 mois.

La bac renforcée

Les effectifs de la bac de jour (brigade anti-criminalité) ont été doublés, passant de 6 à 12 hommes. « Ils sont en civil et se fondent dans la population pour constater les incivilités. Nous avons de très bons résultats avec ces renforts », précise le préfet.