Le rail breton s'offre un lifting

Jérôme Gicquel

— 

Les travaux sur les voies se déroulent de nuit entre 21 h 30 et 6 h du matin.
Les travaux sur les voies se déroulent de nuit entre 21 h 30 et 6 h du matin. — Capa

Depuis le 10 août, près de 400 personnes sont à pied d'œuvre chaque nuit pour offrir une seconde jeunesse aux voies ferrées bretonnes. Un vaste chantier de trois mois qui concerne la ligne Rennes-Lamballe, entre Rennes et Montauban-de-Bretagne, et la ligne Rennes-Redon, entre Rennes et Bruz. Au total, ce sont près de 40 km de voies qui seront renouvelés d'ici la mi-novembre pour un coût estimé à 47 millions d'euros.

Impact limité sur les usagers
« Comme toute infrastructure, le réseau ferroviaire s'use avec le passage des trains et nécessite donc de l'entretien », indique Denis Kerouredan, responsable des opérations à la direction régionale de Réseau Ferré de France (RFF). Le chantier, qui s'inscrit en complément de ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de la Loire (voir encadré), n'a, selon RFF, qu'un « impact très limité sur la circulation des trains voyageurs. » La grille horaire a en effet été adaptée pour tenir compte de la limitation de la vitesse des trains entre 60 km/h et 100 km/h sur les zones nouvellement traitées. Une fois les travaux achevés, RFF promet par ailleurs « des bénéfices directs pour les usagers ». A savoir une « amélioration du confort » du fait d'une réduction des « secousses », « une sécurité accrue » ainsi qu'une « meilleure régularité des trains ». Les usagers apprécieront.