Mercredi, le jour de braderie

Camille Allain

— 

«La braderie de Rennes, c'est la deuxième plus grande de France, après celle de Lille », arguent les Rennais. Sauf que dans le Nord, elle a lieu un week-end et sur deux jours. Dans la capitale bretonne, elle se tient le dernier mercredi de juin, et ce depuis plus de 40 ans. « Historiquement, c'est le jour des enfants où les mamans ne travaillent pas », explique Philippe Magrin du Carré Rennais, qui organise l'événement. 40 ans plus tard, les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler. Mais certaines n'hésitent pas à poser un jour de congé pour faire de bonnes affaires, comme Vanessa, qui vit près de Redon. « Je viens tous les ans. La braderie, c'est un rituel depuis que j'ai 12 ans. J'ai pris une journée de RTT pour venir ». D'autres aménagent leur journée. «  En principe, je pars plus tôt du boulot, comme ça j'évite la foule de l'après-midi », raconte Léa.

« Le samedi, ce serait la folie »
Garder les habitudes. Voilà le secret du succès de la braderie rennaise, selon les commerçants. James, responsable de Sacmania en est convaincu. « Il faut conserver la même date pour que les gens aient un repère. Le mercredi, c'est très bien, ça crée une ambiance, un dynamisme dans la ville. » Vanessa et Aurélie, toutes les deux en congés, sont du même avis. « On préfère que ça ait lieu le mercredi. Vu le monde qu'il y a aujourd'hui, le samedi, ce serait la folie ! ». Et décaler la braderie au samedi obligerait les organisateurs à aménager l'événement sur deux jours. « On a peu de demande dans ce sens pour l'instant. Pour l'organisation, ce serait compliqué », confie Philippe Magrin. « La braderie est faite pour les commerçants rennais. Et peu d'entre eux veulent prolonger d'une journée ». James confirme. « Ça suffit amplement. Si on laisse les stands deux jours, les gens ne viendront que le deuxième jour, en espérant des rabais plus importants. On ne doublerait pas notre chiffre d'affaires », confie le commerçant. Même avis pour les clients. « On est là depuis 9 h. A 16 h, je pense qu'on en aura eu assez », s'amuse Vanessa. « Quand tu habites dans le centre, ça complique la vie », confirme Léa. Mercredi restera donc jour de braderie.