Palet David, le Goliath de la planche

Camille Allain

— 

Avec les beaux jours, les jeux de plein air ont fait leur retour sur les pelouses des parcs. A Rennes, comme dans toute la région, le palet breton vient concurrencer la pétanque. Ce jeu d'adresse traditionnel d'Ille-et-Vilaine séduit de plus en plus de gens, les jeunes en tête. L'entreprise Palet David, basée à Martigné Ferchaud, le sait. C'est la seule à fabriquer la planche en France. « Depuis trois ans, nos ventes augmentent de 20 % chaque année », témoigne Lionel Pichon, directeur commercial. Arrivé il y a un mois, le Vannetais a repris les rênes de l'entreprise familiale. « C'est Raymond David qui a commencé à commercialiser des palets dans sa quincaillerie, dans les années 80. Quand il a vu que le jeu prenait de l'ampleur, son fils, Vincent, a décidé de créer l'entreprise Nouvelle Donne en 1993 pour les commercialiser. »

Le palet passe la Manche
Depuis la petite affaire a bien grandi. De 2 000 articles vendus en 1993, Nouvelle Donne est passée à 48 000 en 2010, dont 25 000 planches en peuplier. Surtout, la zone de diffusion s'est élargie. « On est surtout reconnu dans le grand ouest, de la Basse-Normandie à la Vendée. Mais depuis un an, on peut commander les planches dans tous les magasins Décathlon de France », poursuit Lionel Pichon. Ce qui n'empêche pas les touristes d'exporter le jeu. « Je connais un Lyonnais qui achète six planches tous les ans quand il vient à Vannes. Et avec les touristes anglais, le palet a traversé la Manche. ».

Le palet et la quille à l'Unesco ?

Les sports et loisirs traditionnels bretons pourraient rejoindre la liste des pratiques culturelles et sportives recensées au patrimoine mondial immatériel de l'Unesco. La Falsab (confédération des jeux et sports traditionnels de Bretagne) planche sur le sujet pour que le palet, la quille, les boules et la lutte soient reconnus mondialement.