Le DAL appelle les élus au secours

Logement Les demandes d'asile augmentent

Camille Allain

— 

Chaque jour, la ville de Rennes voit de nouveaux demandeurs d'asile frapper à sa porte. Le DAL, qui milite pour l'hébergement de ces réfugiés, fustige le gouvernement et en appelle aux élus de la ville et de la métropole pour faire pression sur l'État. « Pas une seule fois nous avons vu des élus venir nous soutenir lors de nos réquisitions. On n'y arrivera pas seul », regrette Yannick Cottin, du DAL 35. « La mairie savait que l'expulsion du squat de la rue de Fougères était programmée. Personne n'a rien fait. »

Une expulsion jugée illégale
L'avocate de l'association dénonce l'illégalité de l'expulsion. Elle en a informé la Cour européenne des droits de l'Homme, qui pourrait sanctionner la France pour manquement à ses obligations. « Comment une mairie de gauche peut-elle cautionner ça ? », s'interroge Yannick Cottin. « Seule Chevaigné s'est opposée à l'expulsion des occupants. On espère que Thorigné-Fouillard en fera de même. » Une demande qui semble cependant mal embarquée. Rennes Métropole vient d'engager une procédure d'expulsion à l'encontre d'une trentaine de demandeurs d'asile occupant illégalement l'un de ses bâtiments dans cette commune de la périphérie rennaise.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.