Taxes et ordures font bon ménage

Camille Allain

— 

Voici un impôt qui n'augmente pas, et qui va même baisser. Le phénomène est suffisamment rare pour le souligner. Ce soir, les élus de la majorité proposeront au conseil de Rennes Métropole de diminuer la taxe d'enlèvement des ordures ménagères. Au total, la baisse est chiffrée à 5,4 millions d'euros en 2011. « Ce sont cinq millions d'euros de pouvoir d'achat redonnés aux habitants », lance fièrement Daniel Delaveau, président de Rennes Métropole. « Une diminution de 11 à 23% du taux selon les communes », précise Jean-Louis Merrien, vice-président au traitement des déchets. A Rennes, le taux va baisser de 20% en moyenne et passera de 7,78 à 6,15%. Pour les ménages, la facture va s'alléger de 15 à 45 euros selon la taille du foyer. « Plus la famille et le bien immobilier sont grands, et plus les contribuables vont économiser », explique l'élu.

Les bons gestes citoyens
La baisse de la facture n'est pas un cadeau fait par la métropole. Le compte d'exploitation du traitement des ordures ménagères doit être équilibré. Comme les dépenses baissent et que les recettes augmentent, c'est le contribuable qui en bénéficie. « La population augmente mais le tonnage d'ordures ménagères diminue. Comme les gros investissements sont derrière nous, la baisse de la taxe est logique », précise Jean-Louis Merrien. La baisse est aussi due aux bons gestes des citoyens. Avec 470 kg d'ordures par an et par habitant, la métropole rejette 120 kg de moins que la moyenne française.

Installations efficaces
« Les gens trient mieux et rejettent moins », félicite l'élu écologiste, qui a fait de la valorisation des déchets son cheval de bataille. A l'image de l'unité d'incinération de Villejean qui fournit du chauffage à 20 000 habitants à Rennes. Mais à l'avenir, la taxe sur les ordures va-t-elle se maintenir ? « On ne fait pas ça pour augmenter le prix l'an prochain. On a une vision assez claire sur les cinq prochaines années »