Une assiette vide au menu des cantines scolaires

Jérôme gicquel

— 

Depuis vendredi, le silence a gagné la cantine de l'école maternelle Gantelles dans le quartier du Gast. Le service de restauration scolaire n'y est plus assuré en raison d'un mouvement de grève d'une partie des agents municipaux. Une quarantaine d'écoles de la ville connaissent également des perturbations. Motif de la grogne, « une revalorisation salariale pour les agents les plus défavorisés et des modalités de déroulement de carrière moins restrictives », indique Jean-Marc Lorant, délégué CGT à la ville de Rennes.

Le système D pour les parents
Devant la grille d'entrée, les parents d'élèves comprennent dans une grande majorité les revendications. Mais pas forcément les modalités d'actions. Chacun se débrouille donc comme il peut pour aller récupérer son enfant. « On va encore manger sur le pouce car je n'ai le droit qu'à une heure pour ma pause déjeuner », explique Patrick, jeune père de famille. Trois mères de famille se relaient quant à elles tous les jours. « On s'arrange entre nous pour aller chercher les enfants. Le problème, c'est qu'on est prévenu la veille à chaque fois. On a l'impression d'être pris en otage », souligne Marie, mère de deux enfants. Et la situation risque de se prolonger au moins jusqu'à la fin de la semaine. « J'espère que le mouvement va s'essouffler avec les vacances », indique Hélène. Un avis que ne partage pas Jean-Marc Lorant qui prévoit « d'aller au bout du mouvement coûte que coûte ». Un beau bras de fer avec la mairie en perspective.

La mairie ne cède pas

La mairie n'entend pas ouvrir de négociations spécifiques à ce mouvement de grève, arguant que « la concertation sociale est permanente » et que « des efforts ont déjà été faits sur les indemnités ces dernières années. »