Rien n'a changé à la pénitentiaire

— 

Le drame de Pornic et les accusations du chef de l'Etat n'auront rien changé. Le limogeage du directeur interrégional de l'administration pénitentiaire non plus. Les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation d'Ille-et-Vilaine croulent toujours sous les dossiers. « Jusqu'à 150 par personne, alors que le maximum est établi à 130 », regrette Leila Medjelet, déléguée CGT. « Pourtant, l'administration préconise 60 à 90 dossiers par conseiller pour exercer dans de bonnes conditions. » L'intersyndicale CGT, CFDT et SNEPAP FSU a donc écrit aux parlementaires pour lancer un appel à l'aide. Il manquerait au moins 8 postes, rien qu'à Rennes. « C'est pire dans d'autres départements », admet Cécile Guillotel de la CGT. « On est en bout de chaîne, et on nous délègue de plus en plus de tâches. On ne veut pas assumer la responsabilité d'une récidive », poursuit la conseillère, qui attend de rencontrer Yves Lechevallier, nouveau directeur de l'administration. Les syndicats du pénitentiaire et de la magistrature appellent à une mobilisation le 29 mars à Paris.C.A