La mission se complique pour l'emploi des jeunes

Camille Allain

— 

Coup dur pour les 17 missions locales pour l'emploi des jeunes de Bretagne. Leurs présidents viennent d'apprendre la baisse des subventions de la part de l'Etat. A Rennes, ce sont 11 postes sur 75 qui pourraient disparaître.
La mission locale pour l'emploi, chargée d'aider les jeunes de 16 à 26 ans à se réinsérer dans la vie professionnelle, pourrait bientôt épauler ses propres salariés. Le ministère du Travail vient d'annoncer le non-renouvellement du plan de relance pour 2011. « C'était à prévoir », selon le directeur de la mission locale de Rennes Philippe Jourdan.

La Bretagne paie sa réussite
Pire, la région voit son enveloppe annuelle diminuer de 5 %, en raison de ses « bons résultats ». Un manque à gagner de 80 000 € pour l'association rennaise. « La Bretagne a un taux de réussite aux examens et un niveau d'études moyen supérieurs à d'autres régions. Du coup, on nous baisse les financements. Mais les jeunes qu'on accompagne sont justement sortis du système scolaire », regrette Philippe Caffin, président de la structure. « Avec moins de moyens et plus de jeunes, on va forcément faire moins bien. » A l'agence rennaise, 9 postes créés par le plan de relance ne seront pas renouvelés. Pire, la baisse du financement de 5% entraînerait la suppression de deux postes supplémentaires. « Si on ne trouve pas de solution, oui, on devra licencier, lâche à demi-mot Philippe Jourdan, qui attend de rencontrer le préfet. Mais on n'en est pas là. »

De plus en plus de jeunes à orienter

Le nombre de 16-26 ans fréquentant la mission locale a augmenté de 25% en 2009 et de 11% en 2010. L'an dernier, ils étaient 8 850 à avoir poussé les portes de l'association, dont 4 100 pour la première fois.