Les entreprises bretonnes en mal d'exportation

Jérôme GICQUEL

— 

L'agro-alimentaire porte le marché.
L'agro-alimentaire porte le marché. — CHAUVEAU / SIPA

Alors que la Bretagne sème ses compatriotes aux quatre coins de la planète, les entreprises ont quant à elles plus de mal à franchir les frontières. Décryptage du phénomène avec Carl Bois, directeur de CCI International pour la région.

En retard sur la moyenne nationale. « Les entreprises bretonnes sont moins de 2 % à exporter contre un peu plus de 3 % pour la moyenne française. Plusieurs raisons à cela. D'abord, la région n'a pas de frontière directe avec un pays étranger et se situe à l'extrémité du continent européen. De plus, le tissu économique est composé en majorité de très petites entreprises qui sont généralement très faiblement exportatrices. »

Le poids du secteur agro-alimentaire. « La filière agrotech concentre 25 % des entreprises exportatrices. Son importance explique également notre retard à l'international car certains produits frais comme les légumes voyagent très mal. Ça va pour l'Europe mais c'est compliqué d'aller plus loin. »
L'Europe partenaire privilégié. « Les entreprises bretonnes exportent dans plus de 200 pays, même en Erythrée et en Corée du Nord. Mais le premier marché reste l'Europe avec sur le podium la Belgique, l'Espagne puis l'Allemagne. »

Des BRIC durs à percer. « La faiblesse des exportations au Brésil, en Russie, en Inde et en Chine (BRIC) est très inquiétante. Ce sont des marchés que l'on connaît mal mais il faut vite réagir car c'est là que la croissance se joue. »

élection à la CCI

Après le vote dans les CCI locales et départementales, le président de la nouvelle Chambre de commerce et d'industrie régionale sera élu ce matin en assemblée générale. Le siège de la future institution sera basé à Bruz.