Le vélo, ce n'est pas que le dimanche quand il fait beau

Camille Allain

— 

A chaque apparition du soleil, les vélos fleurissent dans le centre-ville rennais. Avec la mise en place du Vélo Star, la municipalité montre sa bonne volonté pour faire de la bicyclette un vrai moyen de transport. Pas si parfait, selon les responsables de Rayons d'Action, association rennaise de promotion du vélo. « On a l'impression que pour la ville, le vélo, c'est le dimanche quand il fait beau sur les bords de Vilaine », regrette Julien Balas, président de Rayons d'Action. « Il faudrait prendre en compte ceux qui l'utilisent tous les jours comme moyen de transport, et pas seulement en promenade. »

Des sens pas tout à fait interdits
Pourtant, de nombreux efforts ont été faits en faveur des cyclistes à Rennes, comme la mise en place de double-sens cyclables, des rues à sens unique ouvertes aux vélos dans les deux sens. « C'est une obligation légale dans les zones 30. Les villes avaient jusqu'à juillet 2010 pour les mettre en place. Ça offre pas mal de raccourcis », sourit Julien Balas. Reste que la cohabitation avec les voitures n'est pas toujours idéale. « Les automobilistes sont souvent étonnés mais les aménagements ont été plutôt bien faits à Rennes. Ce qu'on reproche, c'est un manque de continuité. Les bandes cyclables sont parfois interrompues sans raison. » A Rennes, 190 kilomètres de pistes sont réservées aux bicyclettes.

Le Vélo Star pas assez ambitieux ?
Grosse satisfaction de la métropole, le Vélo Star prend son envol. « C'est une très bonne chose car ça augmente le nombre de cyclistes en ville. Plus on sera nombreux, plus ce sera sûr », précise Julien Balas. L'association regrette cependant « un manque d'ambition. A Rennes, il y a 80 stations. A Lyon, ils en ont 300, pour une surface intrarocade équivalente. » Une chose est sûre, les cyclistes se font de plus en plus nombreux en ville. Et sourient plus que les automobilistes qu'ils doublent dans les bouchons...