Le vrai visage du Père Noël

camille allain

— 

Père Noël, le plus beau métier du monde ?
Père Noël, le plus beau métier du monde ? — AIMO-KOIVISTO / LEHTIKUVA OY / SIPA

Invisibles tout au long de l'année, on les voit se multiplier à l'approche des fêtes. Mais qui sont donc les Pères Noël qui animent les galeries commerciales et les marchés ? (Merci de veiller à ce qu'aucun jeune enfant ne lise ceci. Nous ne voulons pas être tenus pour responsables de la première grande désillusion de la vie...)
« Je fais ça parce que je suis au chômage », raconte Patrick, 30 ans, qui va revêtir le costume rouge pour la troisième année consécutive. Oh, non... En une phrase, Patrick vient d'anéantir un mythe ! Mais où est passée la magie de Noël ? « Ça me plaît bien quand même. Si ce n'était pas le cas, je ne le ferais pas », raconte l'homme le plus célèbre au monde. Ouf, nous voilà rassurés.

Difficile à recruter
Patrick recherche un poste d'agent administratif mais n'en trouve pas. « C'est vrai que je préférerais qu'on me propose un contrat plus long et mieux payé. » Les temps sont durs, même pour le Père Noël. Quelques heures par-ci par-là, payées au Smic, n'attirent pas les foules. « Cette année nous devions en recruter trois et nous avons eu du mal à les trouver », précise Sophie Ronsin, chargée de recrutement à l'agence intérim Gerinter à Rennes. « Ce sont des missions très courtes, d'une à deux semaines », explique-t-elle. Pourtant, nul besoin d'être âgé ou d'avoir du ventre pour postuler. « Dans l'idéal, on préfère avoir des seniors, mais c'est rarement le cas », poursuit la jeune femme. Ne peut pas être Père Noël qui veut. « Nous recherchons des personnes qui aiment l'animation, souriantes et très à l'écoute. Il ne faut pas avoir peur d'aller vers les autres. »

Les enfants posent toujours un tas de questions comme « Il est où ton traîneau ? » Avec le temps, Patrick a trouvé des astuces. « J'utilise toujours des arguments qu'ils ne peuvent pas aller vérifier. Si on me demande où sont mes rennes, je leur dit qu'ils m'attendent sur le toit », raconte Patrick, qui conseille « d'être rasé de près pour que la barbe tienne et de porter des bretelles pour ne pas perdre son pantalon ». Une femme pourrait-elle prétendre au poste ? « Pourquoi pas. Mais ça doit rester crédible. Les enfants doivent toujours y croire », conclut Sophie Ronsin.