Le Père Noël entame son sprint

Jérôme gicquel

— 

Illustration/ Un magasins de jouets parisien.
Illustration/ Un magasins de jouets parisien. — I. SIMON / SIPA

La hotte du Père Noël commence à prendre forme. A moins de 15 jours de sa livraison annuelle, le vieux monsieur ne sait plus où donner de la tête. Les vendeurs non plus. Le grand rush des achats est bel et bien lancé et les cartes bancaires ont pris un sérieux coup de chaud ce week-end. « Cela avait déjà commencé samedi dernier mais, aujourd'hui [ce samedi], c'est notre plus grosse journée de l'année » souligne Miko Vivien, responsable du King Jouet Alma. Pas question de flancher car le mois de décembre représente « 70 à 80 % de notre chiffre d'affaires annuel ». Même effervescence à la Fnac, place du Colombier. « Ça monte en puissance et cela va se poursuivre au moins jusqu'au 24 décembre », se réjouit Catherine Husson, la directrice.

Le boom des jouets écologiques
La foule, c'est sympa, mais une question nous taraude tous : qu'y aura-t-il de beau sous le sapin ? L'incontournable cette année sera la toupie Beyblade. Seul hic, le jouet est déjà en rupture de stock. « On devrait nous en livrer une centaine au mieux dans les prochains jours alors qu'il nous en faudrait plus de 2 000 », souligne Aymeric Leconte, responsable du JouéClub, rue d'Isly.
Le Père Noël se met également au vert avec un boom à prévoir des jouets écologiques. « Outre le retour des jeux en bois, on voit arriver de nouvelles choses comme des kits pour les apprentis botanistes » poursuit Aymeric Leconte. Les grands classiques comme le Monopoly, les Lego ou les poupées seront aussi de la fête. Et pour les plus grands, la tendance sera à la mobilité avec les baladeurs et les tablettes numériques.