Rennes : Avec 70.000 voyages en moyenne par jour, la ligne B sur de bons rails

MÉTRO La ligne A a également profité de la mise en service de la ligne B il y a un mois avec une fréquentation en hausse de 13 %

Jérôme Gicquel
La ligne B du métro de Rennes a été inaugurée le 20 septembre 2022. Exploitée par Keolis et son réseau Star, elle fait circuler un métro automatisé conçu par Siemens Mobility.
La ligne B du métro de Rennes a été inaugurée le 20 septembre 2022. Exploitée par Keolis et son réseau Star, elle fait circuler un métro automatisé conçu par Siemens Mobility. — C. Allain/20 Minutes
  • Cela fait un peu plus d’un mois que la ligne B du métro est en service à Rennes.
  • Après un début en fanfare pour la semaine d’inauguration, la fréquentation s’est stabilisée autour de 70.000 voyages en moyenne par jour.
  • Malgré quelques couacs, avec notamment une panne de trois heures le premier samedi, les élus se montrent satisfaits de ce démarrage.

Longtemps attendue, la ligne B du métro est désormais une réalité depuis un peu plus d’un mois à Rennes. Et ses débuts semblent plutôt prometteurs si l’on en juge les premiers chiffres de fréquentation dévoilés ce lundi. Depuis sa mise en service le 20 septembre, plus de deux millions de voyages ont ainsi été enregistrés sur la ligne B. L’effet de nouveauté a d’ailleurs joué à fond la première semaine avec un pic à 120.000 voyages le premier jour et une moyenne de 100.000 voyages les cinq jours suivants. Depuis, la fréquentation s’est stabilisée autour de 70.000 voyages en moyenne par jour.

« Cela fonctionne bien car nous avions tablé sur un objectif de 65.000 voyages au démarrage », souligne Matthieu Theurier, vice-président de la métropole délégué aux transports et aux mobilités. A l’horizon 2024, la collectivité espère que ce chiffre grimpera à plus de 90.000 voyages par jour et même au-delà. « Elle a de toute façon été calibrée pour une montée en charge progressive », précise l’élu.

A l’arrêt pendant 5h30 depuis son ouverture

Sans trop de surprise, ce sont les deux stations en interconnexion avec la ligne A qui sont les plus fréquentées depuis septembre avec en pôle position Sainte-Anne (13.500 voyages quotidiens) suivie de la station Gares (10.000). « Mais d’autres stations fonctionnent très bien aussi comme Beaulieu-Université, Jules-Ferry ou Gros-Chêne », détaille Matthieu Theurier. Vingt ans plus vieille, la ligne A a également profité de la naissance de sa petite sœur pour booster sa fréquentation de 13 % environ du fait des interconnexions.


Sur de bons rails, la ligne B reste toutefois « encore en période de rodage », prévient l’élu. Quelques couacs étaient ainsi prévus au démarrage. Et ils ont bien eu lieu, avec notamment une grosse panne de près de trois heures qui a impacté le trafic le premier samedi. « Mais il n’y a eu sur un mois que 5h30 d’arrêt, ce qui est assez faible pour un démarrage », assure-t-il.

Pas encore la cohue dans les parcs relais

Alors que les parcs relais de la ligne A sont régulièrement pleins, les trois situés à proximité de la ligne B sonnent en revanche un peu creux avec un taux d’occupation de seulement 20 à 30 %. Mais Matthieu Theurier ne se montre pas particulièrement inquiet. « La fréquentation va être amenée à progresser avec le redéploiement du réseau de bus, estime-t-il. Et de toute façon, ces parcs relais ont été dimensionnés pour une croissance du nombre de voyageurs sur plusieurs dizaines d’années ».