Rennes : Chauffage retardé, centres de loisirs fermés, lumière atténuée… Les mesures pour réduire la facture

Col Roulé La ville de Rennes a dévoilé une série de mesures d’économie d’énergie pour limiter l’explosion du coût de l’énergie, l

Camille Allain
La température de l'eau du bassin nordique de Bréquigny, à Rennes, sera abaissée à 24 degrés, soit la préconisation minimale de l'Agence régionale de santé.
La température de l'eau du bassin nordique de Bréquigny, à Rennes, sera abaissée à 24 degrés, soit la préconisation minimale de l'Agence régionale de santé. — C. Allain/20 Minutes
  • Comme toutes les grandes villes françaises, Rennes vient d’annoncer une série de mesures visant à réduire sa consommation énergétique dans les mois à venir.
  • La facture pourrait passer à 24 millions d’euros en 2023, soit presque cinq fois plus qu’en 2020.
  • Certains centres de loisirs seront fermés et l’allumage du chauffage sera largement retardé.

Rennes avait déjà acté la baisse d’un degré de la température dans ses piscines depuis le mois d’avril, avant de récidiver fin août pour plafonner à 27 degrés dans l’eau et 28 dans l’air. Face à l’explosion du coût de l’énergie, la municipalité s’est résignée à l’abaisser encore. Dans les quatre piscines de la capitale bretonne, la température sera désormais de 26 degrés dans l’eau et de 27 degrés dans l’air. Ses deux bassins les plus gourmands (Saint-Georges et Villejean) seront même fermés pendant toutes les vacances de Noël, de février et de printemps. Ce ne sont pas les seules mesures que la ville vient d’acter, loin de là. Pour tenter de limiter l’explosion de sa facture énergétique, la municipalité a publié une série de restrictions qui devrait lui permettre de réduire ses consommations de 15 %.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Alors que la facture de gaz et d’électricité était de cinq millions d’euros en 2020 à Rennes, elle devrait être de 12 millions d’euros en 2022, selon la maire Nathalie Appéré. Et pour 2023, c’est pire. D’après les prévisions des services, la note pourrait atteindre 24 millions d’euros soit presque cinq fois plus qu’il y a deux ans ! Pour y faire face, la municipalité va fermer quatre de ses dix centres de loisirs pendant les vacances, réorientant les enfants. Les élus ne seront pas épargnés et devront quitter les locaux les moins bien isolés pour être accueillis à l’hôtel de ville.



Le démarrage du chauffage repoussé

Face à l’explosion des coûts, Rennes va également retarder le démarrage du chauffage après les vacances d’automne dans tous ses bâtiments municipaux, sauf dans les crèches et les Ehpad. L’éclairage nocturne des façades des bâtiments patrimoniaux sera également suspendu. Et la puissance de l’éclairage dans les gymnases sera réduite de 30 %. En prévision de l’été prochain, la ville a également acté la fermeture de sa patinoire l’été.


A l’approche des fêtes de fin d’année, la municipalité bretonne a cependant maintenu les illuminations de Noël et les festivités de fin d’année. Le périmètre des illuminations sera réduit d’un tiers et les projections du spectacle de Noël sur l’hôtel de ville écourtées. L’ensemble des mesures devrait permettre d’alléger la facture de 1,8 million d’euros.