Rennes : Le réseau de bus se prépare à faire sa révolution électrique

TRANSPORTS Les 25 premiers bus électriques eCitaro entreront en service début 2023 sur le réseau Star

Jérôme Gicquel
Les nouveaux bus électriques eCitaro commenceront à circuler début 2023 à Rennes.
Les nouveaux bus électriques eCitaro commenceront à circuler début 2023 à Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Voulant faire disparaître tous ses bus au diesel d’ici 2030, Rennes a commandé fin 2020 92 bus électriques eCitaro de la marque Mercedes.
  • Les premiers bus commenceront à circuler début 2023 sur le réseau Star.
  • En parallèle, la métropole poursuit également le déploiement de bus roulant au gaz naturel (GNV).

A chaque rentrée son lot de nouveautés dans les transports. Et cette année, elle s’annonce particulièrement chargée sur le réseau Star à Rennes. Le plus gros bouleversement sera bien sûr la mise en service de la ligne B du métro qui « va transformer durablement la politique mobilités de la métropole », selon sa présidente Nathalie Appéré. Attendue depuis de longs mois, la ligne B commencera à circuler le 20 septembre à 5h15 pétantes. Cette ouverture sera suivie par le déploiement d’un tout nouveau réseau de bus à compter du 24 octobre. Il favorisera notamment les déplacements des habitants des communes périphériques avec une fréquence accrue et des horaires élargis. Une nouvelle ligne Chronostar, la C7, verra également le jour entre Bruz et Saint-Jacques-de-la-Lande.

Cette rentrée aurait également dû marquer l’arrivée des nouveaux bus électriques sur le réseau. Mais la pénurie de matériaux et les délais de livraison rallongés de certaines pièces ont retardé le calendrier. Pour voir les 25 premiers bus eCitaro de la marque Mercedes circuler dans la capitale bretonne, il faudra désormais attendre début 2023. Ils seront dans un premier temps déployés sur les lignes 12 et C6. Les 67 autres bus standards et articulés, commandés pour 80 millions d’euros fin 2020 au constructeur allemand Daimler, seront ensuite progressivement déployés jusqu’en 2025. Ils viendront s’ajouter aux huit bus électriques Bluebus du groupe Bolloré qui circulent depuis 2018 sur le réseau.

Les rétroviseurs remplacés par des caméras

De la même taille que les bus thermiques (18 m pour le modèle articulé et 12 m pour le modèle standard), les bus électriques eCitaro pourront être rechargés au dépôt et au terminus des lignes grâce à un pantographe fixé sur le véhicule. En l’absence de moteur à l’arrière, les futurs bus articulés disposeront aussi de quatre portes, contre trois pour les bus actuellement en service. Les chauffeurs devront également changer leurs habitudes car il n’y aura plus de rétroviseurs sur ces nouveaux bus. Ils seront remplacés par un système de caméras. « Cela permettra de supprimer les angles morts et d’éviter ainsi les collisions avec les piétons et les cyclistes, » assure Matthieu Theurier, vice-président de la métropole chargé de la mobilité et des transports.

En parallèle, la métropole, qui s’est fixée comme objectif « de faire disparaître tous ses bus au diesel d’ici 2030 », met également en circulation de nouveaux bus au gaz naturel sur les lignes métropolitaines gérées par Keolis et sous-traitées à des transporteurs locaux. A la rentrée, 17 bus GNV seront ainsi mis en service, venant s’ajouter aux 39 qui circulent déjà sur le réseau.