Rennes : Ces quartiers rendent le stationnement payant… à la demande des habitants

HORODATEUR Dans les rues du quartier Gare Sud, de nombreux véhicules stationnent un ou plusieurs jours, au grand dam des riverains

Camille Allain
— 
La ville de Rennes va devoir acheter 300 nouveaux horodateurs pour étendre le périmètre du stationnement payant.
La ville de Rennes va devoir acheter 300 nouveaux horodateurs pour étendre le périmètre du stationnement payant. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • A Rennes, trois nouveaux secteurs seront bientôt concernés par le stationnement payant.
  • La ville souhaite lutter contre le phénomène des voitures ventouses qui empêchent les riverains de se stationner, notamment autour de la gare.
  • De nouveaux secteurs seront bientôt concernés par le passage en stationnement payant, notamment autour des stations de la ligne B du métro.

Le passage d’une rue en stationnement payant est souvent perçu comme « une punition » par la population. Mais rarement par ses riverains. A Rennes, ce sont même les habitants du secteur Gare Sud qui ont formulé la demande à la municipalité. La raison est assez simple. Les rues situées autour de leur logement sont souvent prises d’assaut par les habitués du train, qui trouvent ici une opportunité de se garer gratuitement à la journée ou sur plusieurs jours. Au grand dam des habitants.

Lundi soir, le conseil municipal a voté en faveur de l’élargissement du stationnement payant dans plusieurs rues. « Des places, notre ville n’en manque pas. Mais il y a urgence pour la collectivité de reprendre le contrôle de nos rues », assure Valérie Faucheux, adjointe à la mobilité. L’élue a listé plus de 20.000 places sur voirie, 6.200 places en parking public et 2.200 places dans les parkings relais. « C’est au moins 20 hectares de notre ville que nous dédions à des véhicules en stationnement ».

« Cela déplace le problème dans d’autres quartiers »

Les trois secteurs concernés sont les suivants : Gare Sud à l’ouest de la rue de l’Alma, Mabilais à l’ouest du boulevard Malakoff et la rue Claude Bernard et autour de la station de métro Jules Ferry. « Cette décision est issue de la concertation avec les habitants qui se plaignaient des stationnements longue durée », assure la maire Nathalie Appéré. Un avis que ne partage pas l’élu d’opposition Antoine Cressard, qui estime que la ville adopte « une vision punitive très éclairante sur l’approche du stationnement à Rennes ». L’élu du groupe LREM prévient que « cela déplace le problème dans d’autres quartiers ».


Dans les trois nouveaux secteurs, les riverains pourront souscrire un abonnement mensuel pour se garer sur voirie sans avoir à payer à chaque sortie. Le montant est fixe : 13,40 euros par mois en zone verte et 46 euros par mois en zone rouge. La ville devra acheter 300 horodateurs supplémentaires qui sont en cours d’installation « pour une mise en œuvre progressive au dernier trimestre 2022 », assure Valérie Faucheux. La facture est salée : plus de deux millions d’euros seront déboursés.

Cette extension du périmètre ne devrait pas être la dernière à Rennes. A la livraison de la ligne B du métro en septembre, le problème se « déplacera » sans doute autour des stations non concernées par le stationnement payant. « Nous aurons une attention renforcée dans les différents quartiers autour de la ligne B comme à Cleunay ou Maurepas », promet la maire. Ses services travaillent par ailleurs sur une tarification solidaire pour les ménages les plus modestes. « Dans certains secteurs, l’abonnement mensuel pourrait être un compliqué à assumer financièrement ». Deux mille places de parkings relais seront créées le long du tracé de la ligne B.