Rennes : La date de la livraison de la ligne B du métro enfin dévoilée

TRANSPORT Après de multiples reports, l’ouverture de la deuxième ligne de métro de Rennes a été annoncée pour le mardi 20 septembre 2022

J. Gicquel et C. Allain
— 
La ligne B du métro de Rennes ouvrira le 20 septembre 2022. Ici, la station Beaulieu, qui fait partie des 15 stations de la deuxième ligne.
La ligne B du métro de Rennes ouvrira le 20 septembre 2022. Ici, la station Beaulieu, qui fait partie des 15 stations de la deuxième ligne. — C. Allain / 20 Minutes
  • Après de multiples reports, la date d’ouverture officielle de la ligne B du métro de Rennes a été officiellement annoncée pour le mardi 20 septembre 2022.
  • Le constructeur allemand Siemens fait face à des problèmes techniques notamment sur l’usure anormale des galets de guidage des rames.
  • La métropole prévoit de percevoir plusieurs dizaines de millions d’euros de dédommagement pour les retards cumulés.

Les habitants vont devoir patienter encore un peu. En construction depuis 2013, la ligne B du métro de Rennes ne pourra pas ouvrir avant l’été en raison de problèmes techniques qui touchent les rames de Siemens. Mardi, Nathalie Appéré a annoncé que la deuxième ligne tant attendue ouvrirait le mardi 20 septembre 2022, soit deux ans après la date d’ouverture initiale.

La présidente de la métropole a reçu la promesse de la part du constructeur allemand qu’un nombre suffisant de rames seraient prêtes pour une mise en service après la rentrée. Un soulagement pour celle qui avait fait part de son « exaspération » le mois dernier quand Siemens avait annoncé un nouveau report de la date d’ouverture. « On peut toujours espérer remettre les clés fin juin. Ce retard, on le regrette, on l’assume », avait indiqué Laurent Bouyer, président de Siemens Mobility France début mai. Problème majeur : la ligne B ne sera pas opérationnelle pour la rentrée, période traditionnellement très chargée dans les transports en commun et sur les axes routiers.


Au bout de dix années d’un colossal chantier, la ligne B semble presque prête à fonctionner. Depuis le mois de janvier, des dizaines de milliers de tests ont été menés par Siemens sur les rames de son nouveau « CityVal » sous le nez de riverains désabusés. Présenté comme une première mondiale, le matériel roulant se montre particulièrement compliqué à régler. Les équipes du constructeur allemand évoquaient notamment un problème de « réveil » des rames au moment de quitter les terminus. Mais c’est surtout un souci concernant les galets de guidage qui pose problème. Ces pièces affichent une usure anormale et obligent les équipes à des travaux de maintenance beaucoup trop fréquents.

Des indemnités de dizaines de millions d’euros

En mai, la maire Nathalie Appéré avait expliqué que la date d’ouverture de la ligne B dépendait du nombre de rames disponibles. Pas question d’ouvrir un métro dans des conditions dégradées, avait assuré les élus de la métropole. Keolis estimait qu’il lui faudrait une capacité de 15 à 16 rames en simultané si la ligne ouvrait en juillet. Mais qu’il serait nécessaire de disposer de 20 à 21 rames si l’ouverture avait lieu en septembre, traditionnel pic de fréquentation annuel.

Estimé à 1,3 milliard d’euros, le chantier de construction de la deuxième ligne de métro de Rennes a été maintes fois retardé. Le constructeur allemand Siemens devra par ailleurs verser d’importantes indemnités de retard à la métropole rennaise. A hauteur de « dizaines de millions d’euros », selon Nathalie Appéré. La ligne B comportera 15 stations de Saint-Jacques-de-la-Lande à Cesson-Sévigné. Elle devrait transporter 100.000 personnes par jour, auxquelles il faut ajouter les 150.000 voyageurs quotidiens de la ligne A.