Ille-et-Vilaine : Nouvelles restrictions après le passage au stade d’alerte sécheresse

SÉCHERESSE La pluie tombée ces derniers jours n’a pas suffi à combler les déficits pluviométriques importants accumulés ces derniers mois

Camille Allain
— 
Un champ de maïs victime de la sécheresse, ici en Ille-et-Vilaine.
Un champ de maïs victime de la sécheresse, ici en Ille-et-Vilaine. — C. Allain / 20 Minutes
  • Mardi soir, la préfecture a pris un nouvel arrêté faisant passer le département en état d’alerte sécheresse.
  • L’État justifie ce choix « en raison d’un déficit pluviométrique persistant » et invite chacun « à la vigilance dans sa consommation en eau, quelque soit son origine ».

La pluie tombée ces derniers jours n’a pas suffi. On aurait pu penser que les orages qui se sont abattus sur l’Ille-et-Vilaine auraient pu contribuer à atténuer la situation de sécheresse vécue par le département. Il n’en est rien. Pire, mardi soir, la préfecture a pris un nouvel arrêté faisant passer le département en état d’alerte sécheresse, alors que seul le stade de « vigilance » avait jusqu’ici été activé. L’État justifie ce choix « en raison d’un déficit pluviométrique persistant » et invite chacun « à la vigilance dans sa consommation en eau, quelque soit son origine ».



Le problème majeur auquel l’Ille-et-Vilaine est confrontée est l’absence de pluies dites « efficaces » cet hiver. Tardive et trop courte, la saison a présenté un déficit important, limitant la recharge des ressources souterraines. « Le déficit pluviométrique sur ces quatre premiers mois passe ainsi progressivement de 20 % au nord à 40 % au sud du département. Les faibles précipitations impactent les débits des cours d’eau, certains d’entre eux franchissant, dès ce mois de mai, les seuils de déclenchement de l’alerte », insiste la préfecture. Les réserves d’eau potable voient naturellement leur volume progressivement baisser « de façon particulièrement précoce cette année ».

Nouvelles restrictions avec cet arrêté

Les prévisions à court terme ne permettant pas de virer à l’optimisme, le préfet Emmanuel Berthier a pris un nouvel arrêté le 24 mai. Un texte qui s’accompagne de nombreuses restrictions ou interdictions : nettoyage des terrasses, véhicules, toitures, la vidange ou le remplissage des piscines, l’arrosage des terrains de sport, des jardins ou espaces verts, mais aussi l’alimentation des douches de plage et des fontaines.

Les exercices des pompiers sont également suspendus.