Rennes : Bientôt une police des transports dans les bus et le métro ?

SECURITE Réclamée par les syndicats de conducteurs depuis des années face à l’insécurité croissante, la brigade des transports a été demandée par la direction locale au ministère de l'Intérieur

Camille Allain
— 
D'importantes opérations de contrôle ont été menées dans les stations du métro de Rennes ces derniers mos.
D'importantes opérations de contrôle ont été menées dans les stations du métro de Rennes ces derniers mos. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • A Rennes, les syndicats de Keolis réclament une police des transports en commun depuis des années sur le réseau Star.
  • La police nationale en aurait fait la demande auprès de l’Etat, selon plusieurs syndicats.
  • Récemment, plusieurs agents du Star ont été victimes d’agressions, faisant monter le sentiment d’insécurité.

« Des promesses plein le panier, à mettre en œuvre très rapidement, pour la sécurité des salariés trop souvent agressés. » C’est par ces quelques mots que le syndicat UNSA (CFDT) a décrit la rencontre avec la direction de Keolis Rennes. Sommée de réagir après la multiplication des agressions subies par plusieurs agents ces dernières semaines à Rennes, la société de transport en commun a appelé la police nationale à l’aide. La plus grande avancée ? La création potentielle d’une police des transports. Cette unité de la police nationale serait entièrement dédiée au maintien de l’ordre dans les bus, le métro et les stations. D’après l’UNSA, qui avait récemment déposé une alarme sociale avec la CFDT, le directeur de la sécurité publique « projette de créer une brigade spécialisée dans les transports en commun ». La demande devrait être déposée auprès du ministère de l’Intérieur en juin avec une réponse « espérée à l’automne ».

Les syndicats de Keolis rappellent que cela fait plusieurs années que cette demande est formulée par leurs services. L’intersyndicale a d’ailleurs salué « la prise de conscience ». Mais il n’est pas certain que Rennes Métropole soit très partante sur cette brigade des transports, arguant que le recrutement de 40 policiers municipaux était toujours en cours. En attendant, la direction locale de la police nationale maintiendra les patrouilles seront maintenues « de façon pérenne », dans les transports en commun.

Plusieurs agressions ces dernières semaines

D’autres mesures ont par ailleurs été actées. Les vitres anti-agressions seront maintenues « le temps nécessaire » et un deuxième véhicule d’intervention rapide sera mis à disposition des agents. La direction de Keolis et la police ont par ailleurs rappelé la nécessité de systématiquement déposer plainte en cas d’agression, promettant « un accueil privilégié » pour les agents.

Récemment, plusieurs d’entre eux ont été agressés. L’un a été braqué avec un pistolet (qui s’est révélé factice), un autre a été frappé au visage. Un bus a également été visé par des tirs d’arme à feu. « Ça n’arrête pas en ce moment. Si on passe avec une minute d’avance, on se fait insulter, menacer », expliquait un conducteur du Star récemment.