Rennes : « On se fout de notre gueule »… Le plus grand skatepark de la ville fermé sans prévenir

GROSSE COLERE A quelques jours de l’événement Rennes sur Roulettes, la ville de Rennes vient de décider la fermeture du skatepark de la Poterie en raison de son état de vétusté

Camille Allain
— 
A la Poterie, le skatepark a été en partie fermé par la ville de Rennes, qui invoque des problèmes de sécurité. Les amateurs de skate, de roller, de BMX et de trottinette sont très en colère.
A la Poterie, le skatepark a été en partie fermé par la ville de Rennes, qui invoque des problèmes de sécurité. Les amateurs de skate, de roller, de BMX et de trottinette sont très en colère. — C. Allain / 20 Minutes
  • A Rennes, le skatepark de la Poterie vient d’être fermé par la municipalité, qui a interdit son accès pour des raisons de sécurité.
  • Les habitués du lieu sont furieux car cela fait des années qu’ils réclament des aménagements et des travaux pour permettre la pratique du skate, du roller, du BMX et de la trottinette.
  • A la veille du début de l’événement Rennes sur Roulettes, la nouvelle est très mal passée auprès des associations de freestyle.

La nouvelle n’a même pas été annoncée. Mardi soir, des barrières de chantier en métal sont venues encercler le skatepark de la Poterie, à Rennes. Pour seule communication, les nombreux amateurs de glisse qui fréquentent les lieux ont trouvé des petites affiches indiquant l’interdiction d’accès aux rampes « pour raison de sécurité ». Et c’est tout. Un mail de deux lignes a bien été envoyé à une poignée d’encadrants qui utilisent la rampe mais sans aucune explication. Une décision soudaine qui a provoqué la colère des usagers.

Considéré comme le plus grand skatepark de Rennes, ce spot est bien connu des pratiquants. Chaque jour, des dizaines de skates, de trottinettes, de BMX et de rollers viennent ici rouler et arpenter les hauteurs des vieux modules. « Il y a toujours du monde ici. Et on nous l’enlève, sans rien dire. C’est hallucinant », témoigne, amer, Alexis assis sur son skate. A quelques jours de l’organisation de Rennes sur Roulettes, événement précurseur en France, la décision passe mal. Très mal.

A la Poterie, la dégradation des modules de la rampe est connue de tout le monde. Cela fait plusieurs années que les habitués alertent la municipalité sur l’état inquiétant de la structure. « Il y a des trous un peu partout, des vis qui dépassent. On nous met des points de peinture pour montrer où il y a des trous. Par endroits, c’est un peu dangereux. Mais ça fait des années qu’on leur dit et que c’est mal entretenu », dénonce Malo, qui vient skater ici depuis dix ans. D’après nos informations, un rapport alarmiste a été rendu par un cabinet d’analyse de risque. La nouvelle est arrivée vendredi au service des sports de la municipalité. « Le bureau d’études nous a dit que le site était dangereux. On n’a pas hésité longtemps et on a fermé. On n’a pas envie de faire courir le moindre danger aux usagers », justifie l’adjoint aux sports Frédéric Bourcier, qui évoque « 103.000 euros de maintenance dépensés en dix ans » sur le site. La municipalité en veut aussi au fabricant de la rampe, dont le matériel a très mal vieilli.

A la Poterie, le skatepark a été en partie fermé par la ville de Rennes, qui invoque des problèmes de sécurité. Les amateurs de skate, de roller, de BMX et de trottinette sont très en colère.
A la Poterie, le skatepark a été en partie fermé par la ville de Rennes, qui invoque des problèmes de sécurité. Les amateurs de skate, de roller, de BMX et de trottinette sont très en colère. - C. Allain / 20 Minutes

Depuis la fermeture de la rampe, les skaters sont presque les seuls à fréquenter les quelques modules en béton toujours ouverts. Camille, la vingtaine, est dépitée. « Les rampes, c’étaient presque les seules de la ville pour les rollers, les BMX et les trottinettes. Ils n’ont plus rien maintenant ». L’an dernier, une grande rampe avait déjà été fermée puis démontée en plusieurs mois sans aucune explication. « On nous a rien dit. C’était là, comme ça. Si on l’avait fait nous-même, on aurait pu la démonter en une semaine », glissent les riders.

Un projet au budget participatif qui tarde à venir

Au-delà des pratiquants « libres », les modules sont aussi utilisés par plusieurs associations qui accueillent ici des enfants et des adultes pour des cours hebdomadaires de freestyle. « Et je dis quoi aux parents, moi ? Depuis mardi, on n’a plus rien. On se fout de notre gueule. Ça fait cinq ans qu’on alerte la ville sur l’état. C’est nous qui la réparons sans cesse. Et là, on la ferme du jour au lendemain », balance Cédric Le Bihan. Fin connaisseur du dossier, le fondateur de l’école 9dot8 est hors de lui.

« On ne démonte pas une rampe comme on démonte un toboggan. C’est un mépris de notre pratique sportive. La ville s’en moque et nous balade depuis des années. Je leur dis : arrêtez de nous prendre pour des guignols ».

« Il n’y a pas un combat de gentils contre des méchants. On va se retrousser les manches et faire au mieux et au plus vite », répond Frédéric Bourcier, qui habite le quartier. Pour faire « au plus vite », la municipalité réfléchit à la location de modules, le temps de réfléchir à un aménagement futur. Un pump track pourrait également voir le jour tout près de la rampe.

Dans l’incapacité d’investir dans de nouveaux équipements pour les riders, la municipalité avait conseillé aux pratiquants de passer par le budget participatif. « On l’a fait ! On a tout fait ce qu’on nous a demandé et on n’a toujours rien. Pourtant, quand il faut virer les skaters de la place Hoche, là on trouve du monde », s’agace Malo. Sélectionné grâce au vote des habitants, le projet de rénovation et d’agrandissement était censé être doté d’une enveloppe de 250.000 euros. C’était il y a plus d’un an. Mais depuis, absolument rien ne s’est passé. « Je pense que nous avons été patients, très patients. Mais là, on nous promène », dénonce Cédric Le Bihan.

Deux jours pour rouler et glisser

Installé sur l’esplanade de Gaulle, l’événement Rennes sur Roulettes montrera tout ce que la discipline peut offrir : des courses de roller en ligne, des compétitions de freestyle, des démonstrations de trottinette, de BMX, de skateboard et même une soirée roller dance à partir de 22 heures samedi sur l’esplanade. Événement gratuit.