Rennes : Bar, salle de sieste, bancs… A Rennes 2, les étudiants repensent leur campus

UNIVERSITE Le budget participatif lancé par l’université permet de nouveaux aménagements à destination des élèves

Camille Allain
— 
A l'université Rennes 2, un bar associatif a ouvert ses portes en septembre 2021. Tenu par des bénévoles, il propose des boissons et sucreries à petits prix.
A l'université Rennes 2, un bar associatif a ouvert ses portes en septembre 2021. Tenu par des bénévoles, il propose des boissons et sucreries à petits prix. — C. Allain / 20 Minutes
  • L’université Rennes 2 lance la 5e session de son budget participatif pour mener des projets d’aménagement et d’amélioration de la vie étudiante.
  • Le campus de Villejean vient de voir ouvrir un bar associatif, où les étudiants peuvent prendre un verre à petit prix.
  • « Ce n’est pas du tout incompatible avec la réussite scolaire, bien au contraire », estiment les étudiants de la fac de sciences sociales à l'origine de ces installations.

Les murs de béton ont été repeints, des canapés ont été achetés et le nombre de tables considérablement augmenté. Longtemps abandonné, le petit bar a été restauré et propose des boissons et quelques sucreries à petits prix. Quarante centimes pour un café, 60 pour un soda ou un jus de fruits, un peu plus d’un euro pour un célèbre cookie de la rue Vasselot.

Niché au premier étage du bâtiment Ereve, le nouveau bar associatif de l’université Rennes 2 vient combler un vide. Sur le campus de Villejean, qui accueille pourtant plus de 20.000 élèves, aucune cafétéria n’est ouverte aux étudiants. Il y a bien celles du Crous, mais elles sont un peu excentrées et ferment leurs portes à 16 heures.

Depuis la fin septembre, la fac de sciences humaines dispose de son propre bar associatif, installé à la place d’un foyer « peu valorisé et peu utilisé ». « Les gens passent ici pour faire une petite coupure. Ils se posent, ils prennent un café pas cher, ils discutent, ils se retrouvent. C’était nécessaire, surtout après les deux années qu’on a vécues », explique Johanna Courtel, qui fête son dernier jour comme vice-présidente étudiante à Rennes 2.

Une promesse électorale de l’Union Pirate

C’est son syndicat l’Union Pirate qui avait déposé ce projet dans le cadre du premier budget participatif de l’université en 2018. Arrivé en tête des votes, le projet de bar associatif a pris du retard du fait du Covid-19 mais il semble déjà bien adopté.

« On voit beaucoup de monde passer, c’est hyper convivial et les prix sont solidaires », assure Marine, inscrite en 3e année de psychologie et qui intervient comme bénévole au bar. A ses côtés, Anaïs tient le même discours. « Je viens parfois me chercher un cookie entre deux cours, je peux me poser cinq minutes. C’est important, car il n’y a pas beaucoup d’espaces pour s’asseoir en dehors de cours », poursuit cette étudiante en première année de cinéma.

A l'université Rennes 2, un bar associatif a ouvert ses portes en septembre 2021. Tenu par des bénévoles, il propose des boissons et sucreries à petits prix.
A l'université Rennes 2, un bar associatif a ouvert ses portes en septembre 2021. Tenu par des bénévoles, il propose des boissons et sucreries à petits prix. - C. Allain / 20 Minutes

A l’image des investissements réalisés par les entreprises qui veulent chouchouter leurs salariés pendant leur temps de pause, l’université Rennes 2 voit les demandes d’aménagements affluer depuis la mise en place de son budget participatif. « Quand on se balade dans le campus, on voit que plein de petites choses ont changé ici et là. Au départ, ce n’est parfois qu’une idée. Mais ce budget participatif est la preuve que les étudiants peuvent faire des choses », glisse Fabien Caillé, lui aussi élu de l’Union Pirate. Outre le bar associatif, la fac a mis en place une salle de sieste à la bibliothèque universitaire, des prêts de jeux d’extérieur ou encore des distributeurs de protections périodiques gratuites. Mais aussi du mobilier extérieur aux abords de la BU, qui est pris d’assaut dès que le temps le permet.

« Cela répond souvent à des attentes plutôt qu’à des besoins »

Soumis aux votes des étudiants, ces projets permettent aux détracteurs de Rennes 2 de s’en donner à cœur joie. Mais ils semblent avoir convaincu, y compris au sein de la direction de l’établissement. « Cela répond souvent à des attentes plutôt qu’à des besoins. Mais ce n’est pas une simple liste de Noël. Certains projets répondent à de vraies questions de précarité ou d’engagement politique en faveur de l’environnement », estime la nouvelle présidente Christine Rivalan-Guégo.

Habitués à être perçus comme une université du temps libre, les étudiants de Rennes 2 soutiennent mordicus l’utilité de leurs idées. « Notre ambition, ce n’est pas d’être premiers au classement de Shanghai. Ça, on s’en fiche. Par contre, on veut que les gens qui viennent à Rennes 2 vivent bien, qu’ils aient envie de venir à la fac, d’étudier. Ce n’est pas du tout incompatible avec la réussite scolaire, bien au contraire », assène Johanna Martel. Les premiers patrons à avoir installé des consoles, des baby-foots ou des tables de ping-pong dans leur entreprise ont toujours vanté une meilleure productivité. Réputée éloignée du monde professionnel, l’université semble s’en inspirer.

Un nouvelle saison du budget participatif

Première université française à s'être lancée, Rennes 2 vient d'ouvrir la 5e saison de son budget participatif, qui permet de financer des projets d’aménagement et d’amélioration de la vie étudiante. Une enveloppe annuelle de 50.000 euros issus de la contribution vie étudiante et de campus (CVEC) y est consacrée chaque année. Les étudiants ont jusqu'au 12 décembre pour déposer leur projet. Environ 10.000 étudiants de l'université votent chaque saison.