Rennes : « Qu’ils assument »… Le meilleur ami de Dorian Guémené raconte l’agression mortelle

PROCES Barman au Kenland, où il avait rencontré son meilleur ami Dorian, Kévin a été la cible de nombreux coups en 2018 à la sortie de la discothèque L’Espace. Il a témoigné devant la cour d’assises au troisième jour du procès de ses agresseurs

Camille Allain
— 
Agé de 24 ans, Dorian Guémené était serveur dans un pub du centre-ville de Rennes.
Agé de 24 ans, Dorian Guémené était serveur dans un pub du centre-ville de Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Le procès des six agresseurs présumés de Dorian Guémené, mort en juillet 2018 sous les coups à la sortie d’une discothèque à Rennes, se poursuit devant la cour d’assises.
  • Le meilleur ami de Dorian, qui a été frappé ce soir-là, a raconté la scène et la découverte de son colocataire, inconscient sur un trottoir.
  • Kévin évoque de multiples coups reçus à la sortie de la discothèque L’Espace et attend de connaître la vérité.

Ses deux mains sont posées sur le pupitre de la grande salle d’audience de la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine. Son corps élancé semble parfois désarticulé quand il balance ses jambes au moment où les questions du président sont les plus douloureuses. Mercredi, au troisième jour du procès aux assises des agresseurs de Dorian Guémené, mort sous les coups ce soir d’été, c’est son meilleur ami Kévin qui a été entendu par la cour. Ce dernier était barman au Kenland, où il avait rencontré Dorian un an plus tôt. Les deux jeunes hommes étaient devenus de très grands amis et vivaient ensemble. Ce soir de juillet 2018, ils avaient travaillé dur pour servir les clients du bar de la place des Lices, dans l’euphorie de la victoire de l’Equipe de France de football en Coupe du monde. Après quelques verres, les deux amis avaient rejoint la discothèque L’Espace vers 4h30. « J’ai un peu forcé Dorian à sortir ce soir-là. Il voulait rentrer voir sa copine, il était catégorique ». Il finira par céder. Les deux copains ressortiront de la boîte une heure trente plus tard, après quelques altercations verbales avec des clients de l’établissement de nuit.

En sortant par l’arrière de la boîte située sur le boulevard de la Tour-d’Auvergne, Kévin et Dorian n’imaginent pas qu’ils vont être pris à partie par six individus. « Quand on est sortis de l’Espace, on était tranquilles, on n’avait pas peur. Dorian était un peu devant moi. C’est arrivé super vite. Il a directement pris des coups. Je m’interpose et je prends aussi des coups. Je tombe par terre et je reçois des coups de pied et de poing. C’est là que j’ai perdu de vue Dorian », raconte Kévin.

« Toute sa tête était remplie de sang »

Quand il retrouvera son ami, le jeune barman découvre l’horreur. Allongé sur le sol, Dorian Guémené est inconscient. « Il avait plein de sang partout. Toute la tête était remplie de sang. Il était défiguré. Je lui ai mis quelques claques dans le visage pour lui dire : réveille-toi, réveille-toi », poursuit son ami avant de s’interrompre, figé par l’émotion, et de verser quelques larmes. Dans sa chemise blanche, le barman ne change jamais de version. Oui, il y a bien eu quelques insultes échangées dans le fumoir de la discothèque mais aucun coup. Surtout, il assure que seuls quatre des six agresseurs présumés étaient présents à ce moment-là. Pourquoi deux étudiants sans histoire se sont-ils mêlés à la bagarre ? Il n’en a aucune idée. « Je ne les avais jamais vus. »

Avant de se lancer dans le récit de cette nuit qui a coûté la vie à son meilleur ami, Kévin a décrit le comportement de Dorian. « On faisait tout ensemble. Il n’était pas violent. Il aimait bien défendre les personnes en difficulté. Il ne supportait pas l’injustice. » A quelques reprises, lui et son ami avaient été impliqués dans des altercations nocturnes, sans que cela ne débouche sur autre chose que quelques coups. Ce soir de juillet 2018, c’est un véritable acharnement qui a coûté la vie à son ami. « On ne peut pas tuer quelqu’un comme ça, ce n’est pas possible. Il n’y a aucune raison de faire ça. Il faut savoir qui a porté le dernier coup devant l’Espace. Je demande qu’ils assument leurs actes. Il y avait du sang sur la vitrine, c’est que ça a été violent. J’aimerais qu’on sache un peu la vérité. Que l’on puisse passer à autre chose », a fait savoir le jeune homme, marqué à vie par ce drame.

Les parents de Dorian Guémené espèrent que le procès leur apportera des réponses.
Les parents de Dorian Guémené espèrent que le procès leur apportera des réponses. - J. Gicquel / 20 Minutes

Ce mercredi, la cour d’assises devrait entendre les six accusés. Cinq d’entre eux sont soupçonnés d’avoir porté des coups à Dorian. Seul un homme est jugé pour destruction de preuves. La question qui sera au centre des débats est déjà connue. Qui a porté les coups fatals ? Depuis le début de l’enquête, les amis se renvoient la responsabilité. Le procès se prolongera jusqu’au 22 octobre.