Rennes : Un embarcadère bricolé pour accéder au bistrot les pieds dans l’eau

SEX ON THE BEACH Des membres du kayak club de Rennes ont aménagé un ponton permettant l’accès au bar de La Mie Mobile. Un plaisir mais aussi un acte militant

Camille Allain
— 
A Rennes, les amateurs de canoë et kayak ont désormais accès au bar de La Mie Mobile directement depuis l'eau de la Vilaine.
A Rennes, les amateurs de canoë et kayak ont désormais accès au bar de La Mie Mobile directement depuis l'eau de la Vilaine. — G. Bleunven
  • Un embarcadère a été aménagé sur les bords de Vilaine pour permettre l'accès au bar de La Mie Mobile.
  • Ce ponton cache un message. Les usagers de la Vilaine aimeraient plus d'aménagements pour pouvoir débarquer, notamment en ville. 
  • La pratique du paddle, du canoë et du kayak est de plus en plus populaire dans la capitale bretonne. 

C’est un simple ponton, posé sur les eaux turquoises et translucides de la Vilaine. A deux pas du boulevard Villebois-Mareuil, les membres du kayak-club de Rennes ont installé un petit embarcadère le long de la digue. Un étrange emplacement situé à plusieurs dizaines de mètres des « plages » du quartier de Baud-Chardonnet et bien éloigné de la base nautique.

La raison de la présence de ce pied à terre prend tout son sens vers 17 heures quand le bistrot de La Mie Mobile ouvre sa terrasse en contre-haut. Vous ne rêvez pas, Rennes est désormais dotée d’un premier bar accessible par l’eau. L’an dernier, la guinguette du MEM ​l’avait déjà tenté mais l’opération n’a pas encore été renouvelée. Quand le niveau d’eau le permet, la terrasse du Bacchus, au bout du mail Mitterrand, offre également cette possibilité.

Alerter la municipalité sur les nécessaires aménagements à réaliser sur la Vilaine

Cet étrange objet flottant de récup’ permettra aux personnes navigant sur la Vilaine de s’offrir un verre aux horaires d’ouverture de La Mie Mobile et de sa voisine La Garden Party, dont les terrasses donnent directement sur le cours d’eau. Mais il s’agit aussi d’un acte vindicatif visant à alerter la municipalité sur les nécessaires aménagements à réaliser sur la Vilaine. « Depuis quelques années, on nous dit que Rennes se reconnecte avec son fleuve. Mais nous qui utilisons le plus la Vilaine, on ne voit rien », regrette Gaël Bleunven, membre du kayak-club de Rennes.

La soixantaine de membres de son association aimerait pourtant que quelques embarcadères soient aménagés sur le cours d’eau afin de sécuriser certains passages et notamment les écluses. « On doit débarquer dans les ronces pour les éviter, ce n’est pas agréable. Et ce n’est pas sécurisant pour les novices. Il nous faudrait plus d’embarcadères », explique le kayakiste, qui rappelle « qu’aucun débarquement n’est possible dans le centre-ville ».

Des pratiquants de plus en plus nombreux

Sur l’eau, le nombre d’embarcations est pourtant en constante progression ces dernières années. En paddle, en canoë ou en kayak, les pratiquants sont de plus en plus nombreux à s’aventurer sur les eaux calmes de la Vilaine.

Ils auront désormais une halte accessible en bateau. D’autres suivront sans doute. Un choix de mobilité verte dont il serait dommage de se priver.