Ille-et-Vilaine : Des chats tués par une meute de chiens lors d’une partie de chasse

CHASSE La propriétaire des animaux entend porter plainte contre le chasseur dont les chiens se sont introduits dans son jardin

Camille Allain
— 
Illustration de chiens de chasse ici lors d'une manifestation à Redon, en Ille-et-Vilaine.
Illustration de chiens de chasse ici lors d'une manifestation à Redon, en Ille-et-Vilaine. — Mathieu Pattier/SIPA
  • Deux chats ont été attaqués par une trentaine de chiens de chasse lundi à Laillé, près de Rennes.
  • Les chiens participaient à une battue aux sangliers quand ils ont aperçu le félin et l’ont poursuivi jusque dans le jardin.
  • La propriétaire des deux chats tués entend porter plainte. La fédération de chasse évoque un incident « regrettable » mais appelle au calme.

La scène s’est déroulée lundi vers 11h30 à Laillé, une petite commune au sud de Rennes. Alors qu’une battue aux sangliers se déroulait dans un champ de maïs, un habitant du lotissement a vu de nombreux chiens débarquer dans le jardin de sa voisine, aboyant tous en même temps. Les 34 chiens de chasse de race beagle poursuivaient visiblement un chat, qui a tenté de se réfugier dans son jardin. Ignorant les règles du droit à la propriété privée​, les chiens pénétraient dans le jardin et s’en prenaient aux deux félins présents. Mordus à de plusieurs reprises, les deux chats de Sarah n’ont pas survécu. « Le premier est mort dans la nuit. On a dû euthanasier le second le lendemain », raconte la propriétaire de Merlin et Kiki.

Alertée par son voisin, Sarah a rapidement alerté les gendarmes. Selon elle, les forces de l’ordre auraient tenté de la dissuader de porter plainte « parce que ça ne donnera rien ». La jeune femme a tout de même décidé de porter plainte demain matin. « Parce que je suis très en colère. Il y a une intrusion dans notre propriété et une mise en danger. Je trouve ça très grave ». La propriétaire des deux félins regrette aussi « d’avoir été prise pour une imbécile » à l’arrivée des forces de l’ordre. « Tout le monde a cherché à minimiser ce qu’il s’était passé ».

« C’était très impressionnant de voir tous ces chiens »

Son voisin Stéphane a été témoin de la scène. Quand il a vu les chiens s’acharner sur le premier chat, il a tenté de les écarter avec un bâton de marche. « C’était très impressionnant de voir tous ces chiens. Le chasseur m’a tapé sur le bâton avec son fouet en me disant de ne pas toucher à ses chiens. Il voulait m’intimider, il m’a tout de suite pris à partie », raconte ce témoin de la scène.

Échaudés, les deux voisins ont alerté le collectif Forest Shepherd Bretagne qui s’est chargé de médiatiser l’affaire, au grand dam de la fédération de chasse d’Ille-et-Vilaine. « Ce qui s’est passé est dommageable et ce n’est pas bien. Je me mets à la place des propriétaires des chats, c’est vraiment embêtant », concède André Douard, président de la fédération départementale. « Mais de tout temps, les chiens ont couru après les chats. Cet incident est regrettable mais ça ne sera à rien de mettre de l’huile sur le feu », ajoute le chasseur. « Personne ne devrait avoir à craindre pour soi, pour ses proches, pour ses animaux et encore plus à leur domicile, parce que les chasseurs ont décidé que leur loisir l’emportait sur la sécurité et la liberté de leurs concitoyens », tacle le collectif dans un communiqué.

Les résidents du lotissement auraient aimé être prévenus de la tenue de cette battue qui s’est déroulée dans le champ voisin. « On ne nous dit rien. Il n’y a aucun panneau. Et s’il y avait eu des enfants ? », s’interrogent les victimes. Dans la loi, rien n’interdit à un chasseur et à ses chiens de s’approcher des maisons, à condition qu’ils restent dans leur propriété privée et qu’il n’y ait pas de tir.