Homme battu à mort à Rennes : Cinq-cents personnes réunies lors d’une marche blanche

MOBILISATION Wilhem Houssin, artiste de 49 ans, a été battu à mort samedi dernier

20 Minutes avec AFP
— 
Le musicien rennais Wilhem Houssin est décédé le 24 juillet 2021 après avoir été roué de coups.
Le musicien rennais Wilhem Houssin est décédé le 24 juillet 2021 après avoir été roué de coups. — Facebook/capture d'écran

Une marche blanche en hommage à Wilhem Houssin, artiste de 49 ans battu à mort dans la métropole rennaise et décédé samedi dernier, a réuni entre 400 et 500 personnes à Vezin-le-Coquet, a-t-on appris auprès de la préfecture d’Ille-et-Vilaine. Cette marche organisée ce samedi matin se voulait « pacifiste, haute en couleur et en musique », selon l’appel. « Il était tellement vivant et dynamique et bien sûr musicien qu’on ne voyait pas une marche triste », a déclaré sur France 3 René-François Houssin, père de la victime et qui est également maire de Vezin-le-Coquet, commune de 6.000 habitants jouxtant Rennes.

Vendredi soir, cinq jeunes hommes, dont deux mineurs, « tous connus de l’institution judiciaire à des degrés divers », selon le parquet, ont été mis en examen pour homicide volontaire et incarcérés. Dans l’après-midi du mercredi 21 juillet, Wilhem Houssin était secouru à Saint-Jacques-de-la-Lande et transporté à l’hôpital dans un état grave, avant de succomber à ses blessures le samedi.

« La cause du décès était en lien avec les lésions à la tête »

L’autopsie a révélé la présence de lésions traumatiques à la face, au tronc et sur les membres inférieurs ainsi que diverses fractures notamment à la tête. « La cause du décès était en lien avec les lésions à la tête », avait précisé le parquet. Selon les investigations, la victime s’était rendue dans le centre de la commune pour visiter un appartement avec sa compagne « et qu’ils avaient eu des difficultés pour trouver l’adresse du rendez-vous », selon la même source.

Wilhem Houssin « avait eu un contact avec un groupe de jeunes hommes et une altercation s’en était suivie pour un motif qui n’est pas établi ». « A la suite de cette altercation, la victime chutait lourdement au sol où il devait subir d’importantes violences », a indiqué la procureur de Rennes Philippe Astruc.