Coronavirus dans les Côtes-d'Armor : Une rave-party illégale stoppée par les gendarmes

BONNE NUIT Il n’y a pas eu d’incident, selon les autorités, et 300 infractions au protocole sanitaire ont été constatées

20 Minutes avec AFP

— 

Les gendarmes aux abords de la rave party de Lieuron, en Ille-et-Vilaine, où 2.500 personnes avaient fêté le Nouvel an.
Les gendarmes aux abords de la rave party de Lieuron, en Ille-et-Vilaine, où 2.500 personnes avaient fêté le Nouvel an. — /AP/SIPA

Le maire de la commune de 600 habitants, Jean-Pierre Le Bihan, indiquait ce samedi matin que « l’on n’entendait plus de son ». Les gendarmes ont mis fin la nuit dernière à une brève rave-party illégale qui a rassemblé environ 500 personnes à Haut-Corlay ( Côtes-d’Armor), en pleine épidémie de coronavirus, a-t-on appris auprès de la préfecture.

« Les gendarmes sont intervenus vers 1h pour saisir le matériel d’une rave-party. Les personnes s’étaient regroupées à Saint-Brieuc, et après un jeu du chat et de la souris avec les gendarmes s’étaient installées dans la soirée à Haut-Corlay », a précisé la préfecture. D’après les autorités, il n’y a pas eu d’incident. Plus de 300 infractions au protocole sanitaire contre le Covid-19, quatre infractions pour détention de stupéfiants et deux délits de conduites sous stupéfiants ont été constatés.

Le souvenir de Lieuron

La préfecture rappelle que les rassemblements festifs à caractère musical sont interdits dans les Côtes-d’Armor jusqu’à lundi. « Police et gendarmerie (sont) mobilisées tout le week-end pour assurer le maintien de l’ordre public et le respect de ces dispositions », indique la préfecture sur Twitter.

Le soir du Nouvel an, une rave-party géante avait défrayé la chronique avec environ 2.500 participants à Lieuron​ (Ille-et-Vilaine).