Bretagne : Révolution ? L’étonnant succès d’un crêpier et de son sac pour transporter les crêpes et galettes

IDEE DE GENIE A Langueux, Youenn Allano a développé un sac réutilisable pour éviter le gaspillage de papier

Camille Allain

— 

Youenn Allano a mis au point un sac réutilisable pour transporter les crêpes et galettes. Il rencontre un succès aussi fou qu'inattendu.
Youenn Allano a mis au point un sac réutilisable pour transporter les crêpes et galettes. Il rencontre un succès aussi fou qu'inattendu. — Crêperie de Youenn
  • Propriétaire d’une crêperie à emporter à Langueux, Youenn Allano a développé un sac réutilisable pour ses crêpes et galettes.
  • Son invention a trouvé un écho et un succès inattendu auprès de la diaspora bretonne.
  • Le fameux « sac’h » est en rupture de stock, les 1.000 unités ayant été vendues.

Les idées les plus simples sont parfois les meilleures. Quand on voit l’improbable succès du sac inventé par Youenn Allano, on se demande pourquoi personne n’y avait pensé avant. Une forme de demi-lune, un petit compartiment pour séparer les crêpes et les galettes​, et un revêtement isotherme capable de garder la fraîcheur. Née dans l’esprit de ce crêpier de Langueux ( Côtes d’Armor), cette idée de sac réutilisable trouve depuis quelques jours un écho incroyable. Les 1.000 sacs produits pour « passer la saison estivale » sont en rupture de stock et les demandes ne cessent d’arriver. « Je ne m’y attendais pas du tout. Je suis très surpris par ce succès, même secoué. Du jour au lendemain, je suis devenu le crêpier qui a révolutionné le monde de la galette. Mais je n’ai rien inventé ! ».

L’homme qui produit 15 à 20.000 crêpes et galettes par semaine se veut modeste et explique sa démarche. « On ne fait que de la vente à emporter donc la question de l’emballage se posait. Cela fait treize ans que l’on conditionne nos crêpes et nos galettes dans du papier. On a calculé, ça fait 1,5 tonne par an. J’avais envie de dire stop, de trouver une solution plus écologique », explique le Breton. Après deux ans de réflexions occasionnelles, Youenn Allano a trouvé son idée de sac réutilisable en allant livrer une cliente à Pléneuf Val André. « Elle a sorti un sac bricolé en tissu avec une doublure. Ça a fait tilt ». A son retour à la boutique, le crêpier appelle Floriane Duhamel, une amie de longue date, fondatrice de la marque Ze Souvenir. « On voulait que le sac soit joli, pratique. Au départ, on l’a fait pour les clients de la boutique », raconte le patron de la crêperie Youenn.

Des demandes venues de toute la Bretagne

Proposés depuis une dizaine de jours aux habitués, les « sac’h » (sac en breton) ont rapidement trouvé preneurs. Le tarif modeste (6 euros dont 2 euros reversés à une association locale) a convaincu les plus septiques d’abandonner le papier. « Je n’ai pas fait ça pour l’argent. Pour nous, c’est une opération nulle. On voulait simplement diminuer l’utilisation de papier ». L’inventeur espérait économiser la moitié de ses emballages grâce à son « sac’h ».

C’était sans compter sur la mobilisation inattendue de la diaspora bretonne, qui l’a submergé de demandes venues des quatre coins de la région. Sur les 1.000 sacs proposés à la vente, la moitié a été vendue par correspondance, grâce à un site marchand monté en quelques jours. Si le bénéfice « gaspillage » sera moindre pour la crêperie de Langueux, elle profitera à l’ensemble des professionnels de la crêpe, qui seront sans doute heureux de trouver le sac de Youenn au pied de leur camion. Le Costarmoricain a pris le temps de déposer son modèle. Et a passé une nouvelle commande d’au moins 2.000 sacs. Mais il faudra patienter jusqu’en septembre pour les obtenir.