Rennes : La mise en service de la ligne B n’aura pas lieu avant début 2022

TRANSPORTS Le chantier a pris beaucoup de retard en raison de la crise sanitaire mais aussi des difficultés rencontrées par Siemens lors des essais sur les rames

Jérôme Gicquel
— 
La ligne B du métro de Rennes ne circulera pas avant début 2022.
La ligne B du métro de Rennes ne circulera pas avant début 2022. — C. Allain / 20 Minutes
  • Prévue pour le mois de juin, la mise en service de la ligne B du métro à Rennes n’interviendra pas avant début 2022.
  • La crise sanitaire continue bien sûr de perturber le chantier mais le constructeur Siemens rencontre également des difficultés lors des essais sur les rames.
  • Les 2.000 tests nécessaires sur les rames avant d’obtenir le feu vert ne s’achèveront qu’à la fin juillet.

Pour emprunter la ligne B du métro à Rennes, il va encore falloir patienter plusieurs mois. La crise sanitaire a bien sûr fortement impacté le gigantesque chantier qui a démarré en 2013. Avant que la pandémie de coronavirus ne s’abatte sur la planète, sa mise en service était prévue le 21 décembre 2020. Le calendrier a depuis été revu, la métropole tablant sur une ouverture au public avant l’été et sur une mise en service à plein régime à la rentrée de septembre. Il n’en sera rien.

Alors que le troisième confinement est entré en vigueur depuis une semaine sur tout le territoire, la crise sanitaire continue toujours de perturber le bon déroulement des travaux. Les stations terminées, ce sont désormais les équipes de Siemens qui sont désormais à la baguette depuis le début de l’année pour procéder à toute une série de tests sur le matériel roulant. « Les mesures sanitaires ont entraîné des difficultés de déplacements pour des experts internationaux qui ne sont pas remplaçables et quand ils ne peuvent venir à Rennes, cela allonge les plannings », a souligné la maire de Rennes Nathalie Appéré.

Siemens admet avoir « sous-estimé les délais »

Mais la crise sanitaire n’explique pas tout. Car Siemens rencontre également des difficultés sur le matériel roulant. Le constructeur allemand se défend en indiquant que les rames CityVal retenues par la métropole sont « une première mondiale » et qu’elles rouleront d’abord à Rennes avant Bangkok ou Francfort.

Mais Siemens admet aussi avoir « sous-estimé les délais face à la complexité du système », selon Stéphane Bayon de Noyer, directeur de projets chez Siemens. Conséquence, les 2.000 tests nécessaires sur les rames avant d’obtenir le feu vert ne seront pas terminés avant la fin juillet. « Ce n’est qu’à partir de là qu’on pourra déterminer la date de mise en service commerciale », indique-t-il.

Le redéploiement du réseau de bus attendra

Le décalage sera donc « conséquent », estime Nathalie Appéré, qui évoque désormais l’horizon « début 2022 » pour la mise en service de la ligne B. « Ce n’est pas une bonne nouvelle car l’attente des Rennais et des métropolitaines était très forte », a-t-elle assuré. Conséquence de ce retard, Siemens devrait se voir infliger de lourdes pénalités comme le prévoient les clauses du contrat.

Mais cela chamboule également toute l’offre de transport imaginée par la métropole. Prévu pour la rentrée de septembre, le redéploiement complet de l’offre de bus​ du Star devra en effet attendre que les premières rames de la ligne B circulent avant d’être activé.