Rennes : Un émetteur bidouillé, des vieilles cassettes… Comment une radio pirate bricolée il y a 40 ans émet toujours

RADIO LIBRE Née dans un café théâtre de la rue Saint-Hélier, Radio Rennes est l’une des plus anciennes radios libres de France

Camille Allain

— 

Gabriel Aubert est le fondateur de Radio Rennes, une radio libre née en 1981 et qui émet toujours.
Gabriel Aubert est le fondateur de Radio Rennes, une radio libre née en 1981 et qui émet toujours. — Radio Rennes
  • Née en 1981 lors de l’émergence des radios libres, Radio Rennes émet toujours, quarante plus tard.
  • Fondée par Gabriel Aubert, qui la dirige toujours aujourd’hui, la fréquence a commencé en mode « pirate » avant de s’inscrire dans le paysage rennais.
  • En 1981, c’était un émetteur bricolé posé sur le toit d’un bistrot qui a permis à la radio de se lancer.

Elle n’a pas encore 40 ans mais fait office de trésor préhistorique. Née en 1981 dans la foulée de l’ouverture des ondes radio, elle a d’abord bravé les interdictions en diffusant ses émissions grâce à un émetteur bricolé posé sur le toit d’un bistrot. Depuis, elle n’a jamais cessé d’émettre, toujours portée par une poignée de passionnés de culture. A bientôt 40 ans, Radio Rennes fait partie des plus anciennes radios libres françaises. La plus ancienne peut-être ? « C’est impossible de le savoir, car le CSA n’existait pas à cette époque-là », résume Ronan Manuel, l’un des membres actifs de la radio.

L’idée de cette fréquence est née dans les murs du Ranelagh, un café-théâtre de la rue Saint-Hélier. Mais surtout dans l’esprit d’un homme passionné de musique : Gabriel Aubert. « Au début, personne ne croyait en nous. Les gens ne savaient pas où on allait, ils se foutaient de nous. Notre idée, elle était pourtant simple : on voulait parler de nos passions », explique celui que beaucoup connaissent sous le nom de « Gaby ». Les habitués du bistrot se muent alors en animateurs et apprentis journalistes et prennent le micro. « C’était de la folie de pouvoir faire de la radio. A l’époque, il n’y avait qu’une poignée de radios nationales », rappelle Yvon Lechevestrier, journaliste retraité qui prépare un ouvrage sur l’histoire de la radio libre à Rennes.

Un émetteur bricolé, posé sur le toit du café

Pour se faire entendre sur les ondes, les pionniers de Radio Rennes avaient pu compter sur un étudiant de Supélec, qui avait bricolé un émetteur posé sur le toit du café. « On n’émettait même pas jusqu’à Villejean », se marre le fondateur. Pendant plusieurs mois, ils sont brouillés, jusqu’à ce que la France autorise les fréquences aux radios libres. « On a d’abord utilisé des ReVox (des enregistreurs) puis des cassettes. Ensuite on est passés aux vinyles puis aux CD. On s’est mis au numérique même si je n’aime pas trop ça car ça compresse le son », poursuit Gaby Aubert.

Gabriel Aubert est le fondateur de Radio Rennes, une radio libre née en 1981 et qui émet toujours.
Gabriel Aubert est le fondateur de Radio Rennes, une radio libre née en 1981 et qui émet toujours. - C. Allain / 20 Minutes

Quarante ans plus tard, le gamin qu’il était a un peu grandi mais pilote toujours le bateau. Petit à petit, il aura vu les autres radios libres autour de lui couler. Sur le 100,8 FM, son navire de fortune tient toujours le cap et a même réussi à se trouver de nouveaux locaux il y a quatre ans quand les Galeries Lafayette qui les avaient hébergés gratuitement depuis trente-cinq ans ont dû les mettre à la porte. Cette année, elle proposera une émission spéciale par mois avec de prestigieux invités comme Etienne Daho, Irène Frain ou l’ancien magistrat Renaud van Ruymbeke.

Un nombre d’archives incroyable

Confortablement installée rue des Fossés, Radio Rennes a réussi le pari d’attirer de nouvelles têtes plus jeunes pour animer des chroniques ou des émissions sur la musique, le cinéma, les voyages et faire vivre l’âme pirate des années 1980. Dotée d’un incroyable fonds, la radio se plaît même à ressortir de vieilles interviews quand certaines personnalités sont amenées à disparaître. L’an dernier, les voix des regrettés Graeme Allwright et Guy Bedos ont ainsi retrouvé le chemin des ondes. Le résultat de 40 ans de passion.