Rennes : Quelques secondes d’attente pour laisser passer les vélos… Un nouveau feu débarque en ville

MOBILITES Deux feux orange clignotants ont été installés à l’angle de l’avenue Janvier et des quais Zola

Camille Allain

— 

De nouveaux feux de circulation pour les vélos à Rennes — 20 Minutes
  • Deux feux d'anticipation ont été installés sur des feux tricolores à Rennes. D'autres seront bientôt installés.
  • Ils permettent aux cyclistes de s'engager plus rapidement alors que les automobilistes restent à l'arrêt.
  • L'objectif est de sécuriser certains carrefours jugés dangereux au moment du redémarrage des différents moyens de transport.

Il y a ceux qui hésitent, ceux qui s’arrêtent encore et ceux qui foncent. Depuis presque trois mois, un petit feu clignotant orange s’est invité sur le mât des feux tricolores à l’angle de l’avenue Janvier et des quais Zola. Quand il clignote, il permet aux cyclistes de passer, alors que le feu reste rouge pour les automobilistes et scooters. Déjà testé à Nantes pour le franchissement des voies de tramway, ce dispositif de « feu d’anticipation » est déjà bien répandu dans certaines villes européennes mais reste encore confidentiel en France.

S’il est facilement identifiable avec son logo de vélo, peu de gens savent qu’il existe à Rennes. La preuve, depuis son installation le 24 novembre, pas un titre de la presse locale ne l’avait évoqué (20 Minutes y compris !). « La réglementation l’autorise depuis un moment déjà », rappelle Valérie Faucheux, conseillère municipale de Rennes en charge des mobilités. L’élue écologiste justifie ce choix par « la nécessité de sécuriser certains carrefours ». « En permettant aux cyclistes de s’engager plus rapidement, on les rend plus visibles et on limite le phénomène d’angles morts », explique l’élue.

« C’est une contrainte au départ, mais cela sécurise tout le monde »

Pour l’heure, seuls deux feux d’anticipation ont été installés sur ce même carrefour très fréquenté de la capitale bretonne. A cet endroit, les automobilistes sont contraints de tourner soit à droite, soit à gauche, et doivent la priorité aux cyclistes arrivant sur la bande cyclable située dans leur angle mort. Les conflits sont fréquents et il est difficile de blâmer tel ou tel comportement tant les aménagements sont la cause de ces tracas. Depuis fin novembre, les automobilistes doivent patienter vingt secondes de plus à chacun des feux rouges, avant de le voir virer au vert. Un effort ? « C’est une contrainte au départ mais au final, ça ne change pas tellement le temps d’attente. Quand ils avancent en même temps que les cyclistes, ils doivent les laisser passer. Ce système sécurise tout le monde : les automobilistes, les cyclistes, les piétons », promet l’élue écologiste.

Deux feux d'anticipation réservés aux cyclistes ont été installés sur un carrefour de Rennes. Il donne priorité aux vélos pour redémarrer.
Deux feux d'anticipation réservés aux cyclistes ont été installés sur un carrefour de Rennes. Il donne priorité aux vélos pour redémarrer. - C. Allain / 20 Minutes

A terme, de nouveaux carrefours de Rennes pourraient être équipés de ces mêmes feux d’anticipation. Le carrefour entre la rue d’Isly et le boulevard de la Liberté devrait être le prochain doté, permettant aux nombreux cyclistes de cheminer vers le centre-ville sans craindre qu’un véhicule ne leur coupe la route en tournant à droite. « Nous avons vu une augmentation forte de la pratique cyclable depuis quelques mois. Toutes les études le montrent. Mais tous les usagers ne sont pas des warriors du vélo. Tout le monde n’est pas aguerri pour faire face au trafic automobile. Il faut absolument sécuriser la pratique, rassurer, pour amener la population au vélo », estime Valérie Faucheux.

En 2020, quatre cyclistes et dix piétons ont été tués dans des accidents de la route en Ille-et-Vilaine. C’est cinq de plus que l’année précédente.

Le carrefour où Grâce a été tuée en aménagement provisoire

Les travaux provisoires menés l'été dernier sur le carrefour du boulevard de Rochester et l'avenue Patton ne seront pas modifiés tout de suite. C'est à cet endroit que la jeune cycliste Grâce Lochin était décédée en novembre 2019, accrochée par un poids lourd. Après un an d'inertie imposé par les besoins de l'enquête, des aménagements provisoires ont été réalisés. Il faudra attendre début 2022 pour voir des travaux définitifs être engagés. La ville doit mener des travaux de voirie pour raccorder ses réseaux de chaleur à cet endroit. Deux plaintes ont été déposées par ses parents.