Rennes : Onze policiers sanctionnés pour avoir manifesté devant le domicile de Nathalie Appéré

SECURITE Les principaux acteurs de cette manifestation ont écopé d'un avertissement

C. A. et T. C.
— 
Illustration d'une voiture de police de nuit, avec son gyrophare ici à Rennes.
Illustration d'une voiture de police de nuit, avec son gyrophare ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Onze policiers rennais ont écopé d’un avertissement pour avoir manifesté devant le domicile de la maire de Rennes Nathalie Appéré, a-t-on appris ce vendredi auprès du Service d’information et de communication de la police nationale (Sicop). Dans la nuit du 17 au 18 décembre, plusieurs agents de la police nationale avaient immobilisé leurs véhicules, sirènes hurlantes et gyrophares allumés, devant la maison de l’élue socialiste. Une cinquantaine de policiers étaient regroupés. D’après le Sicop, onze d’entre eux ont fait l’objet d’une sanction. Seuls les « chefs de bord » qui conduisaient les patrouilles ce soir-là ont été avertis, a appris 20 Minutes, confirmant une information d'Ouest-France.

L’affaire avait fait grand bruit. D’abord dans le quartier Sud-Gare, où de nombreux riverains s’étaient inquiétés de ce tapage inhabituel en pleine nuit. Mais aussi dans les murs du commissariat de la Tour d’Auvergne, où l’initiative n’avait pas fait l’unanimité. Nathalie Appéré avait également réagi vivement, évoquant « des méthodes d’intimidation inadmissibles ». « La police nationale et ses agents sont une force au service de l’ordre républicain. Les comportements que j’ai observés hier soir n’en sont pas dignes », avait taclé l’élue.

« On veut arrêter de se faire traiter de racistes et de violents »

De leur côté, les policiers avaient justifié leur action en évoquant « les yeux fermés » de la maire de Rennes sur les attaques dont la police faisait l’objet. « On veut arrêter de se faire traiter de racistes et de violents. Notre président n’a pas à nous dénigrer », témoignait l’un d’entre eux.