Rennes : « Nous ne sommes pas prêts à faire du e-commerce », admet la patronne des petits commerçants

CONFINEMENT La présidente du Carré Rennais Laurence Taillandier espère que les clients « ne vont pas oublier » leurs commerçants

Camille Allain

— 

La rue Le Bastard est la principale artère commerçante de Rennes. Ici photographiée de nuit au début du confinement.
La rue Le Bastard est la principale artère commerçante de Rennes. Ici photographiée de nuit au début du confinement. — C. Allain / 20 Minutes
  • A Rennes, de nombreux commerces non-essentiels ont dû baisser le rideau le temps du confinement.
  • Le Carré Rennais, association regroupant 400 commerçants du centre-ville, les invite à « garder le lien » avec les clients et à répondre aux sollicitations par téléphone.
  • La présidente estime cependant que la structure ne pourra pas mettre en place de plateforme de vente en ligne.

Encore une fois, ils trinquent. Longtemps fermés pendant le premier épisode de confinement au printemps, les commerçants du centre-ville de Rennes sont nombreux à avoir baissé le rideau pour au moins un mois. Plombées par les mesures de confinement, les boutiques jugées comme « non-essentielles » réfléchissent toutes à un moyen de ne pas sombrer. Elles ont été nombreuses à se tourner vers le Carré Rennais, l’association regroupant 400 enseignes du centre historique de la capitale bretonne. Mais les solutions miracles n’existent pas.

Pour la présidente de l’association Laurence Taillandier, « il est important que les clients n’oublient pas » les commerces auxquels ils sont fidèles toute l’année. « Les libraires, les magasins de lingerie, les bijouteries… Toutes ces enseignes ont les stocks pleins en prévision de Noël. Il faut les appeler, il faut les solliciter. Il ne faut pas les remplacer par Amazon et tous les autres », conseille la présidente.

Certaines librairies, des magasins de jeux et bien d’autres boutiques disposant déjà d’un site de vente en ligne pratiquent déjà la vente à emporter dans la capitale bretonne. Mais les autres ? Le Carré Rennais a bien été sollicité pour mettre en place une plateforme de vente en ligne mais cela ne se fera pas, contrairement à ce qui a été annoncé ici et là. « Nous ne sommes pas prêts à faire du e-commerce », résume Laurence Taillandier, opticienne dans le centre-ville. « Il est essentiel pour nous de garder le lien humain, le conseil aux clients ».

« Maintenir le lien » mais c’est tout

Le Carré Rennais espère mettre en place d’ici dix jours un site Web qui recensera tous les commerces du centre-ville souhaitant continuer à travailler, soit en livraison, soit en « click and collect ». Une sorte d’annuaire facilitant la tâche des clients pour trouver les coordonnées des magasins encore en vie. Mais ce sera aux boutiques de se débrouiller pour être mises en relation avec les clients intéressés. Un système D qui pourrait ne pas suffire à maintenir une activité mais qui aura le mérite de « maintenir le lien » selon la présidente.

Dans sa mission, l’association pourrait être épaulée par Destination Rennes. L’office de tourisme de la métropole a lancé un appel aux commerçants qui restent ouverts et adaptent leurs services et leurs offres pendant cette période de confinement, afin qu’ils se référencent sur son site. La structure s’engage à valoriser leur travail au travers d’une carte interactive disponible sur le site, à l’image de ce qui s’était fait pour les restaurateurs au printemps.