Déconfinement à Rennes : Dimanche à minuit une, L’Arvor sera l’un des premiers cinémas à rouvrir

THE DUDE L’établissement indépendant prévoit une séance nocturne après trois mois de fermeture

Camille Allain
— 
Le cinéma L'Arvor devait déménager au courant de l'été 2020. Le coronavirus a changé ses plans.
Le cinéma L'Arvor devait déménager au courant de l'été 2020. Le coronavirus a changé ses plans. — C. Allain / 20 Minutes
  • A Rennes, le cinéma L’Arvor rouvrira dès dimanche à minuit une. Ce sera l’un des premiers à rouvrir après trois mois de confinement.
  • Le déménagement du cinéma prévu cet été a été décalé en raison de l’épidémie.
  • L’établissement indépendant prévoit une projection nocturne du film The Big Lebowski dès dimanche soir.

« I am the Dude ». Si cette phrase ne vous dit rien, c’est sans doute que vous n’avez jamais vu The Big Lebowski. Sorti en 1998, le film culte des frères Coen a été choisi par les responsables de L’Arvor pour leur séance de « déconfinement ». Après trois mois de fermeture imposés par l’épidémie de coronavirus, le cinéma indépendant installé à Rennes a prévu une séance exceptionnelle programmée dimanche soir à minuit une. Certains restaurants et coiffeurs avaient aussi fait ce choix d’ouvrir en pleine nuit pour fêter leur déconfinement. « On avait l’envie de repartir au plus vite, de marquer le coup. Trois mois, c’est long », explique le directeur de l’établissement Eric Gouzannet.

Et le choix du Big Lebowski a rapidement fait l’unanimité au sein de l’équipe de L’Arvor. « C’est un film culte, drôle, qui réunit tous les codes du cinéma. On a envie que les gens se détendent, qu’ils rigolent », poursuit le directeur. L’image du « Dude » avachi sur son canapé a même été l’un des symboles du confinement souvent repris sur les réseaux sociaux.



Si la réouverture est rapide pour l’Arvor, elle se fera cependant dans des conditions bien particulières. Pour respecter les mesures de distanciation sociale, la jauge des deux salles doit être divisée par deux. La grande salle sera ainsi complète quand 107 de ses 215 fauteuils seront occupés. Et seules trois séances par jour seront programmées dans chaque salle, contre quatre voire cinq avant le confinement. Suffisant pour éviter la faillite ? « On le saura à la fin de l’année. Pour être à l’équilibre, il faut qu’on fasse 115.000 ou 120.000 entrées par an. Cette année, si on termine avec 70.000 entrées, ce sera déjà bien », admet le directeur des lieux.

Un déménagement retardé

Ce dernier n’hésite pas à appeler ses habitués à revenir dans les salles obscures. « Acheter son billet, c’est nous soutenir ». Ils ont été assez nombreux à le faire pendant le confinement en participant à des séances en ligne proposées par L’Arvor.

L’épidémie de coronavirus n’a pas seulement mis à mal les finances du cinéma rennais. Elle a aussi retardé son déménagement. Alors qu’il devait ouvrir cet été dans ses beaux locaux du Sud-Gare, L’Arvor va devoir patienter au moins jusqu’à la fin de l’année pour emménager dans sa future maison. En attendant, la vie des emblématiques salles de la rue d’Antrain se poursuit.