Rennes : Virgin, Tati et bientôt Gifi... Transaction record pour l’immeuble emblématique de la rue Le Bastard

COMMERCE Une société foncière rennaise a investi lourdement pour s’offrir 4.000 m² de surface commerciale

Camille Allain

— 

Le magasin qui abritait Tati a été vendu pour un montant record. Il accueillera l'enseigne Gifi en mars 2020.
Le magasin qui abritait Tati a été vendu pour un montant record. Il accueillera l'enseigne Gifi en mars 2020. — Groupe Giboire

C’est un lieu emblématique du commerce à Rennes. Situé au cœur de la rue Le-Bastard, l’immeuble installé aux numéros 6 à 10 de la principale rue commerçante de la capitale bretonne vient de changer de mains. Propriété d’une société foncière internationale, le bâtiment construit en 1926 par l’architecte Emmanuel Leray vient d’être racheté par un investisseur rennais. Une transaction record.

Officialisée par le groupe immobilier Giboire, qui a géré l’opération, la vente a été réalisée au profit d’une société foncière gérée par Mario Piromalli, propriétaire de plusieurs restaurants McDonald’s, précise Le Télégramme. Et il a cassé sa tirelire en déboursant 12 millions d’euros pour acquérir les 4.000 m² de surface commerciale. Une transaction rarissime à Rennes, où les surfaces commerciales sont relativement réduites. A titre de comparaison, la vente des 900 m² où est installée l’enseigne japonaise Uniqlo ne rivalise pas. « Il faut rajouter quelques zéros », précise une proche du dossier.

Tati fermé, Gifi ouvrira le 18 mars

Après avoir hébergé « Les magasins modernes » pendant un demi-siècle, puis l’enseigne Virgin pendant quinze ans, l’immeuble qui abritait Tati va de nouveau changer d’enseigne. A compter du 18 mars, il abritera l’enseigne de bazar Gifi, également propriété de GPG (groupe Philippe Ginestet). En 2017, le groupe avait racheté Tati avant d’annoncer la fermeture des magasins en France, hormis la locomotive historique installée dans le quartier Barbès à Paris.

Comme ailleurs, les magasins Tati ont été remplacés par des enseignes Gifi. La métropole en compte déjà trois mais aucune n’est domiciliée à Rennes (Pacé, Vern-sur-Seiche et Saint-Grégoire).