Rennes : La métropole déploie le tapis rouge aux covoitureurs en leur offrant des voies dédiées

TRANSPORTS Les bus et les cars pourront également emprunter ces voies réservées qui seront mises en place sur huit axes aux entrées de la capitale bretonne

Jérôme Gicquel

— 

Des voies réservées aux covoitureurs, aux bus et aux cars vont être aménagées sur huit axes routiers aux entrées de Rennes.
Des voies réservées aux covoitureurs, aux bus et aux cars vont être aménagées sur huit axes routiers aux entrées de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Des voies réservées aux covoitureurs, aux bus et aux cars vont être aménagées sur huit axes routiers aux entrées de Rennes.
  • La mesure, inscrite dans le nouveau plan de déplacements urbains, vise à encourager et massifier le covoiturage et à fluidifier le trafic.
  • Des aménagements sont également prévus sur la rocade rennaise.

C’était une piste à l’étude pour tenter de résorber les embouteillages qui usent chaque jour les nerfs des automobilistes aux heures de pointe. Elle est désormais validée par le nouveau plan de déplacements urbains adopté ce jeudi soir par les élus de Rennes métropole. Dans les prochaines années, des voies dédiées aux covoitureurs, aux bus et aux cars verront le jour sur les principaux axes routiers menant à Rennes. La mesure vise notamment à encourager et massifier le covoiturage, et fluidifier ainsi le trafic. Avec l’objectif affiché que chaque conducteur covoiture « au moins un jour sur cinq ».

Huit axes sont concernés par ce nouveau dispositif qui va pouvoir se mettre en place grâce à un accord récemment trouvé entre l’État et les différentes collectivités. Les routes de Nantes, d’Angers, de Saint-Malo ainsi que la RN12 en font partie, avec des voies dédiées qui seront réparties sur 35 kilomètres aux entrées de Rennes. « Il faudra adapter les bandes d’arrêt d’urgence dans certains cas ou bien créer une nouvelle voie quand ce n’est pas possible », précise Jean-Jacques Bernard, vice-président de la métropole chargé des transports. Une première tranche de travaux est déjà programmée sur la période 2020-2023.

Des aménagements prévus sur la rocade

Pour éviter que ces voies ne soient prises d’assaut par les autres automobilistes, les élus misent, bien sûr, sur le civisme. Mais aussi sur les avancées technologiques, à l’image de ces nouvelles caméras capables de compter le nombre de passagers dans les voitures.

Si ces pénétrantes sont saturées aux heures de pointe, ce n’est guère mieux sur la rocade, assez logiquement d’ailleurs. Pour la décongestionner, les élus n’ont pas prévu de voies dédiées pour le covoiturage et les transports collectifs. Mais plutôt des aménagements comme la création de voies d’entrecroisement à certains endroits pour mieux répartir le trafic et faciliter la sortie des automobilistes. Des feux seront également installés sur certains axes pour retenir pendant quelques secondes les véhicules avant leur entrée sur la rocade. « On ne va pas résorber toute la congestion du trafic, mais on va au moins essayer de la retarder », assure Jean-Jacques Bernard.

Mercredi, le fabricant de GPS Tom Tom avait classé Rennes comme la quatorzième ville la plus embouteillée de France. Pas la pire donc même si la situation s’est dégradée ces dernières années avec en moyenne 16 minutes perdues le matin et 19 le soir dans les bouchons.